Logo

-Commandes / Devis / Envoyer un fichier
Pour procéder à une première commande pour recevoir un devis gratuit. Envoyer des fichiers à partir d'ici. Cliquez ici

-Commandes / Devis / Envoyer un fichier
Pour procéder à une première commande pour recevoir un devis gratuit. Envoyer des fichiers à partir d'ici. Cliquez ici

Lexique general, termes et dictionnaire de l'impression typographique, digitale et flexographique, imprimerie, papier, typographie

Consultez notre lexique pour connaître la signification des termes sur le site et utilisés couramment dans le language graphique et typographique.

Suggérez des modifications dans le lexique en écrivant à:

JavaScript must be enabled to display this email address.

ACROBAT

Programme pour la creation et la gestion de fichiers PDF.

ACCROCHE

Variante de chapeau en gros caractères, précédant ou suivant le titre.

AFNOR

Abréviations de l'Association Française de NORmalisation. Propose une étude sur le papier et notamment une classification selon leur composition fibreuse.

AI

Extension de fichiers réalisée avec Adobe Illustrator (programme de graphique vectorielle).

AJUSTER

Procédé d’impression lithographique avec lequel l’image est transportée de la matrice sur un cylindre de caoutchouc et de cela, gravée sur le papier. Procédure d’impression basée sur le principe d’un processus chimique: la répulsion entre l’eau et la graisse. Formes d’impression: plaques de zinc aluminium trimétal. Machines: Plat (feuille) et rotatif (bobine).
La methode d'impression la plus utilisée, où la feuille de papier ne reçoit pas d’encre directement à partir de la dalle, mais par un cylindre intermédiaire qui transfère au support.

À LA FRANÇAISE

En imprimerie : format de page en hauteur (format portrait).

AMÉRICAINE (SUITE À L')

Continuation d'un article, sans rappel de titre et sans autre séparation qu'un filet horizontal sous le texte qui se trouve immédiatement à droite de celui qui a été interrompu.

À L'ITALIENNE

En imprimerie : format de page en largeur (format paysage).

ALIGNEMENT EN DRAPEAU

Largement utilisé, c’est le positionnement par défaut des logiciels de rédaction. En typographie, on dit que le texte est en drapeau, aligné à gauche.

ALIGNEMENT DROITE/GAUCHE

Alignement des paragraphes sur toute la partie de gauche, qui laisse la partie de droite non alignée. On dit que le texte n'est pas justifier.
L'alignement à droite est le meme principe sauf que le texte sera aligné à droite et la partie gauche sera "libre". Voir Justifier.

ALINÉA

1. Retrait d'une ligne annonçant un nouveau paragraphe.
2. Passage de texte compris entre deux retraits.

AMALGAME

Réunion de plusieurs imprimés sur une même feuille d'impression. Imprimés différents présentant néanmoins les mêmes spécificités techniques (qualité du papier, couleur). Cette technique permet de réaliser des économies substantielles.

ANAMORPHOSE

Déformation horizontale et / ou verticale d'un caractère ou d'une image, permise par l'informatique.

ANGLE D'EMPATTEMENT

Liaison plus ou moins incurvée entre l'empattement et le fût.

ANNONCE ANGLAISE

Texte de quelques lignes en petit corps, dont l'initiale du premier mot se trouve à cheval sur 2 lignes.

ANTIQUES

Famille des caractères sans empattements (classification Thibaudeau).

APLAT ou À-PLAT

Surface imprimée d'une couleur uniforme, soit dans une couleur franche, soit en ben-day.

Apprêt

Traitement particulier appliqué à la surface de la feuille de papier en vue de l'usage que l'on compte en faire et de l'aspect visuel que l'on souhaite obtenir. Il en résulte des papiers calandrés, lissés frictionnés, satinés, mats, etc.

APPROCHES

Petits intervalles verticaux venant automatiquement à gauche et à droite des caractères, de façon à ce que chacun se positionne harmonieusement avec chacun des autres caractères de la même police.

APOSTROPHE TYPOGRAPHIQUE

Apostrophe inclinée dessinée dans la logique graphique du dessin de chaque police de caractères. En différenciation de l'apostrophe informatique verticale qui est un non-sens typographique.

ASCENDANTE

Partie du caractère typographique venant au-dessus de son œil, comme dans les b, d, f, h, k, l. On dit aussi hampe.

Assemblage

On distingue :
• L'assemblage par superposition : opération qui consiste à superposer des feuillets ou des cahiers, dans l'ordre de l'ouvrage, avant de les solidariser par un procédé de brochage ou de reliure.
• L'assemblage par encartage : opération qui consiste à encarter plusieurs cahiers avant de les solidariser par piqûre (agrafes métalliques ou fil textile).

ATYPI

Association typographique internationale.

AUDIN, Marius (1872-1951)

Imprimeur lyonnais érudit, passionné par l'histoire de la typographie et de l'imprimerie. Ses écrits sont des références obligées pour celui qui s'intéresse à l'histoire de nos métiers. Ses deux principaux ouvrages historiques sont Le Livre, en deux tomes (1924 et 1926), et l'Histoire de l'imprimerie par l'image, en quatre tomes (1928-1929). On peut les trouver dans les librairies de livres d'occasion. Son fils, Marius, est le créateur du Musée de l'imprimerie et la banque, à Lyon, en 1964, à partir des archives familiales.

AU FER (ALIGNEMENT AU)

Ligne alignée à gauche de la justification, sans renfoncement (au fer à gauche), ou plus rarement à droite (au fer à droite).

AVANCE PAPIER (OU FILM)

Instruction permettant de définir la quantité de blanc entre deux lignes photocomposées. 

Axe

Inclinaison suggérée par la relation entre les pleins et les déliés. Il est le plus souvent vertical ou oblique.

BANDEAU, OU STREAMER

Titre d'appel à la une placé au-dessus du titre du journal. Bas de casse Lettre minuscule.

Bas de casse

Nom des caractères minuscules, par opposition aux capitales et par extension du nom donné à la partie inférieure de la boîte (casse) où elles se trouvent rangées. Cette boîte est (était) utilisée par les typographes pour classer une police de caractères.

BAT

Abréviation de « bon à tirer ». Formule d'acceptation signée par le client, prouvant que celui-ci a donné son accord pour une impression identique aux épreuves signées. Sur le BAT, le client date, indique la quantité du tirage et signe. Il s'agit d'une pièce juridique importante en cas de litige avec le client.

BÂTON OU ANTIQUE

Type de caractères sans empattements.

B/N

Abréviation pour les termes blanc et noir.

BELLE PAGE

Page impaire, ainsi appelée parce que, lorsqu'on feuillette une publication, elle tombe normalement sous le regard.

BELLE OUVRAGE

Désigne la typographie réalisée dans les règles de l'art.

BENDAY

Teintes réalisées par la superposition de différents tramés de couleurs, généralement de deux ou trois couleurs primaires. Vient de Benjamin Day, initiateur américain de ce procédé à la fin du XIXe siècle.

BITMAP

Les pixels qui composent une image digitale. L'image bitmap se compose d'un ensemble de points appelés pixels, dont les valeurs de chacun décrivent la couleur et l'intensité. Ces fichiers bitmap sont de basses résolutions et doivent etre accompagnés de fichiers PostScript de hautes resolutions.

BICHROMIE

1. Photogravure en deux couleurs d'un document monochrome, dans le but de lui donner du caractère à l'impression.
2. Impression en deux couleurs.

BLANC

1. Zone neutre, sans textes ni illustrations, pour donner de la respiration à la mise en page.
2. Espace entre deux alinéas.

BLANCHET

En impression offset, feuille de caoutchouc positionnée sur un cylindre. Il reçoit les parties encrées de la plaque et les reporte à son tour sur la feuille de papier.

BLANCHIR

Ajouter du blanc.

BMP

Windows bitmap (.bmp) est le format d’image courrament utilisés par de nombreux programmes graphiques de Windows. On appelle “bit map”, une reconstruction points par points d’une image sur l’écran ou une imprimante. Il est étroitement lié à la résolution de l’écran ou l’imprimante.

Bonnes feuilles

Petite quantité de feuilles remises au client comme justificatif du tirage. Dès le début du façonnage on peut fournir, de même, un certain nombre de «bons exemplaires».

BOOK

Livre.

BON À TIRER (BAT)

Document servant de modéle pour la realisation du projet (graphique). Sur ce document on peut ajouter toutes les modifications souhaitées de l’auteur et aussi corriger les éventuelles erreurs. Et ainsi se preparer en amont avant l’impression.

BON POSITIONNEMENT

Bon positionnement des façades qui composent une publication dans la feuille de la machine, visant à garantir la bonne séquence d’impression.

BORDEREAU DE PUBLICITÉ

Relevé des insertions publicitaires devant figurer dans un numéro donné, avec leur colonage,leur emplacement et toutes indications utiles.

BORDEREAU D’EMBALLAGE

Document de transport, document non fiscale, qui est émis pour accompagner les marchandises.

Boucle

Partie du g qui descend sous la ligne de pied (dite aussi goutte).

BOUFFANT

Papier dont la surface est assez rêche, qui ne supporte pas les illustrations en demi-teinte.

BOURDON

Omission d'une ou de plusieurs lettres, d'un ou de plusieurs mots, ou d'un passage entier.

BOUSTROPHÉDON

Signifie littéralement en grec : « imitant la marche du bœuf au labour ». Se dit d'une écriture archaïque qui change de sens d'une ligne à l'autre (de droite à gauche et de gauche à droite) et inverse aussi à chaque ligne le sens de l'écriture des lettres.

Bristol

Papier bien collé, d'un grammage généralement supérieur à 150 gr/m2, ou carton composé d'un ou plusieurs jets non contrecollés, fabriqué uniquement avec de la pâte chimique blanchie, et apte à l'impression et à l'écriture. Le bristol est caractérisé par son lissé, sa rigidité, son apparence nette et son épair fondu. Il peut être utilisé, par exemple, pour la confection de cartes de visite.

Brochage

Technique de finition des ouvrages imprimés qui comporte un ensemble spécifique d'opérations conduisant à la réalisation des «corps d'ouvrages» (pliage des feuilles imprimées, assemblage des cahiers, solidarisation des cahiers entre eux et à la couvrure (emboîtage du corps d'ouvrage dans la couverture et collage pour faire adhérer la couverture au corps).

BROCHÉ

C’est le système le plus économique consistant à lier une publication. Les marques (octaves, seizièmes, ronds) sont collés à l’intérieur de l’arrière d’une couverture et un carton et ensuite taillés sur les trois côtés. On peut le faire avec un fraisage permettant une meilleur penetration de la colle ou couturé avec des fils. La première solution étant plus rapide et économique, la seconde étant plus durable.

BROCHURE

Publicité ou depliant généralement avec plusieurs faces.

BROMURE

Papier photographique sorti de la photocomposeuse et servant au montage.

Brossé

Se dit d'un papier qui a été soumis à l'action lustrante d'un jeu de brosses, ce qui a pour but de le rendre brillant sans trop l'écraser.

CABOCHON

Petit ornement n'occupant pas, en principe, toute la largeur de la colonne.

CADRATIN

Petit bloc servant à remplir un vide en début d'alinéa ou à la fin d'une ligne plus courte que les autres. Valeur de blanc fixe dont la chasse correspond exactement à la force de corps du caractère utilisé. Le demi-cadratin est la moitié. La chasse des chiffres correspond à un demi-cadratin dans le corps utilisé.

CADRAGE

Opération qui consiste à déterminer la partie d'un document photographique que l'on veut conserver et faire clicher.

CAGE

La hauteur et la largeur de l’espace occupé par l’impression du texte dans la page.

CAHIER

Unité de base de la constitution d'un ouvrage imprimé, formé à partir d'une feuille imprimée pliée en 4, 8, 16, 32 ... pages, par exemple. C'est par l'encartage ou l'assemblage que les cahiers sont réunis pour former le corps d'ouvrage.

CALAME

Roseau taillé, utilisé pour écrire à l'encre sur un support, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.

Calandré

Se dit d'un papier dont la surface a été frottée parles rouleaux de la calandre, et rendue lisse et brillante. La calandre, ou mieux, la super-calandre, est un dispositif mécanique constitué par une série de rouleaux d'acier poli sur lesquels on fait passer la bande de papier bien tirée. Cette opération s'appelle le calandrage.

CALIBRAGE

Opération de comptage qui permet l'évaluation des signes d'une copie et l'encombrement que prend cette copie après le traitement typographique choisi.

Calque (papier)

Papier à l'usage des bureaux de dessin, suffisamment translucide pour qu'une image inscrite dessus puisse être reportée par des procédés de reproduction utilisant la transmission de la lumière ou pour permettre de retracer le dessin d'un original recouvert par ce même papier. La translucidité peut être obtenue de deux façons:
• en traitant après sa fabrication un papier approprié avec de l'huile, de la résine ou des cires pour avoir un papier calque «artificiel»
• par traitement mécanique pendant la préparation de la pâte pour avoir un papier calque « naturel».

CAPITALE

En typographie : lettre majuscule.

CAPITALE INITIALE

Du latin initium, début. Première lettre en majuscule d'un mot en minuscules.

CARACTÈRE

Lettre d'imprimerie. Ensemble des lettres d'un alphabet déterminé : famille de caractères.

CARACTERE À FROID

L’impression faite pas par composition chaude, de la photocomposition ou processus électroniques, mais avec l’utilisation de caractéres de fonderies.

Caractère de labeur

Caractère utilisé pour le texte en lecture continue, par opposition aux caractères d'affiche ou de titrage. Leurs corps est le plus souvent compris entre 6 et 14.

CARACTERE DE FONDERIE

Caractères métalliques composés manuellement dans les chaînes.

CAROLINE

Écriture imposée par Charlemagne à toutes les chancelleries de son empire « pour dissiper l'ignorance, faire régner l'ordre et la clarté ». La Caroline, ou minuscule carolingienne, est l'ancêtre de nos actuelles minuscules.

Carton compact

Carton contrecollé, d'un grammage minimal de 900 gr/m2 et comportant au moins une couverture forte kraft ou similaire, apte à la fabrication des caisses d'expédition.
Remarque: Il n'y a pas d'équivalent anglais du terme français.

Carton contrecollé

Carton obtenu par le contrecollage de deux cartons ou plus, de composition identique ou différente.

Carton couché pour boîtes pliantes

Type de carton pour boîtes pliantes ayant été couché sur une ou sur ses deux faces. Les surfaces couchées doivent avoir de bonnes qualités d'impression et être généralement aptes au vernissage.

CARTON DE COMPOSITION

Ensemble d'ordres de composition programmés permettant de réaliser un bloc graphique.

Carton dur

Carton à I'enrouleuse, dense, dur, très rigide, lisse et résistant.

Carton gris

Carton fabriqué sur une machine continue, à partir de vieux papiers, généralement de qualité inférieure.

Carton ondulé

Carton composé d'une ou de plusieurs feuilles de papier cannelé, collées sur une feuille ou entre plusieurs feuilles de papier.

CASSE

Tiroir à compartiments, appelés cassetins, qui sert (servait) au rangement des caractères typographiques en plomb; le classement des caractères est lié à la fréquence de leur emploi dans une langue.

CAST CROATED

Papier ou carton couché de haute qualité et de très grande brillance, obtenu par application d'une couche et séchage de cette couche contre la surface chromée d'un cylindre (exemple Chromolux).

CATALOGUE

Petit livret illustré qui présente successivement des offres d’art, travaux, industries. Dépliant, généralement illustré, qui répertorie les produits d’une entreprise, avec les descriptions et des prix.

CÉSURE

Désigne la coupure qui intervient à l'intérieur d'un mot en fin de ligne lorsque la justification de cette ligne ligne ne permet pas de le composer en entier. (coupure marquée par un trait d'union).

CÉSURE OPTIONNELLE

En PAO, création manuelle d'un trait d'union matérialisant une coupure en fin de ligne, qui disparaîtra en cas de remaniement du texte.

CHAÎNE DE COMPOSITION

Ensemble d'instructions regroupant une série d'ordres de composition.

CHAPEAU, OU CHAPÔ

Court texte rédactionnel précédant un article, soit pour en résumer l'essentiel, soit pour piquer la curiosité du lecteur et l'inciter à pour-suivre sa lecture.

Charges

Composants qui entrent dans la composition de la pâte à papier, et qui sont autres que les fibres de cellulose et l'eau.

CHARTE GRAPHIQUE

Ensemble des règles (ou code) graphiques (typographie, dessin, couleurs) adoptées par une entreprise ou un organisme dans un souci de permanence et de cohérence de l'image produite.

CHASSE

C'est la largeur visible de l'oeil d'un caractère. L'encombrement étant la largeur invisible. Elle est fonction :
• de la lettre : un "m" chasse plus qu'un "n", il occupe plus de place sur la ligne
• du corps : on constate aussi que la chasse des caractères augmente proportionnellement au fur et à mesure qu'augmente la force du corps. Un corps 12 chasse plus qu'un corps 8 : m m
• du dessin du caractère qui peut être serré ou étroit, normal et large, tels : m m m
L'examen d'une police de caractère montre bien les valeurs relatives de la chasse (l'expansion horizontale) de chacune des lettres, capitales, bas de casse et signes divers qui la composent. Le style du caractère peut également influer sur la notion de chasse. Autrefois en composition plomb, la chasse incluait aussi les approches ou blancs fixes placés à droite et à gauche de la lettre. En fait, elle correspondait à l'encombrement du bloc de plomb de la lettre.

CHEMIN DE FER

Représentation graphique de l'ensemble d'un projet de publication, matérialisé ou non par une maquette de mise en page. Permet l'ordonnancement, le lancement et le contrôle des différentes étapes de la fabrication.

CHINOIS

Ligne de lettres sans signification.

CICÉRO

Unité de mesure typographique utilisée en Europe, équivalant à 12 points Didot, soit 4,155 mm. Également appelé "douze".

CLICHÉ

Tôle en zinc, cuivre ou autre, gravé avec des procédés photographiques pour la reproduction typographique des photographies et des dessins.

CMYK

Acronyme faisant reférecence aux couleurs: Cyan , Magenta , Jaune , Noir.

CODEX

Nom donné aux livres anciens à feuilles pliées selon le principe de nos livres actuels, réalisés sur parchemin puis sur papier. En différenciation du volumen, le livre que l'on roule.

Collure

Joint dans le sens « travers» d'un papier ou d'un carton, réalisé au moyen d'un produit ou d'un ruban adhésif pour :
• obtenir une bobine de diamètre donné ou un métrage déterminé de papier;
• assurer, par exemple sur une machine de transformation, une opération continue d'une bobine à une autre.

Colombelle

Filet séparant deux colonnes de texte

COLONAGE

Nombre de colonnes occupé en largeur par un titre, un article, un cliché.

COLONNE

Division verticale habituelle d'une page de journal, déterminant la justification.

COMPLEXAGE

Opération qui consiste à faire adhérer à la surface d'une feuille de papier un film plastique, ou de métal en feuille, de manière à obtenir un complexe.

COMPOSER

Assembler des caractères pour former un texte.

COMPOSITION

Disposition de l’ensemble des caractères et symboles qui forment un texte.
Peut être réalisè à la main, mécaniquement, par voie électronique ou par l’intermédiaire de l’outil numérique.

COMPOSITION À CHAUD

Composition obtenue par la fusion metallique des caractères durant l’impression.

COMPOSITION AU CARRÉ

Composition typographique sans rentrée ni débord de la première ligne de chaque alinéa : la première ligne s'aligne verticalement sur le début de toutes les autres lignes de texte. La dernière ligne peut être creuse, c'est-à-dire ne s'aligne pas en fin de justiication. Elle s'accompagne presque toujours de l'adjonction d'une interligne entre les paragraphes.

COMPOSITION EN ALINÉA

Composition typographique, la plus répandue, dont la première ligne de chaque alinéa commence par un retrait, sauf celle du premier.

COMPOSITION EN DRAPEAU

Composition typographique dont les extrémités sont alignées verticalement sur un seul côté (à gauche ou à droite) et sont de longueurs inégales sur l'autre côté. On dit également appuyée à gauche ou appuyée à droite, et plus spécialement chez les typographes : au fer à gauche et au fer à droite.

COMPOSITION EN PAVÉ

Composition typographique caractérisée, comme la composition au carré, par l'absence de renfoncement ou de débord au début des alinéas. Mais elle exige des lignes pleines en fin des paragraphes.

COMPOSITION EN SOMMAIRE

Composition typographique qui fait ressortir à gauche la première ligne de chaque alinéa. De ce fait, les lignes suivantes du même alinéa semblent renfoncées.

COMPOSITION MECANIQUE

Le processus de sélection et la composition des caractères joués par le biais de machines et non manuellement. Impossible avant l’avènement des systèmes Monotype et Linotype à la fin du siècle dernier.

COMPOSTEUR

Sorte de règle métallique à coulisse, fermée à une extrémité, dans laquelle le typographe compose ses lignes en caractères plomb.

CONDENSÉS

Une police de caractères est défini comme condensé lorsque le dessin est comprimé à une largeur inférieure à celle normale; en opposition de «élargi». Les nouvelles technologies de la photocomposition et de la composition numérique ont permis de réaliser ces distorsions automatiquement sans avoir à dessiner les caractéres comme celà arrivé précédemment.

Conditionnement

Le papier est livré en rames de 500 feuilles pour les grammages faibles ou moyens, en bobine pour l’impression sur presses rotatives.

CONSOLE DE VISUALISATION

Clavier comportant un écran permettant l'affichage des textes et des instructions.

CONSONANTIQUE

Se dit d'une langue ou d'une écriture qui ne comporte que des consonnes, donc sans voyelles en tant que lettres distinctes. Aujourd'hui encore, l'hébreu et l'arabe sont des langues consonantiques.

CONTACT (PLANCHE DE)

Série de tirages d'une pellicule sur laquelle s'opère le choix des photographies.

Contrecollage

Opération dans laquelle une ou plusieurs bandes ou feuilles de papier, de carton ou d'autres matériaux sont collées sur toute leur surface à une autre bande ou feuille de papier ou de carton, grâce à un adhésif approprié.

Contrepoinçon

Espace blanc à l'intérieur de la panse d'un caractère, la contreforme du noir.

CONTRETYPE

Reproduction d'un document par copie d'un négatif ou d'un positif transparent.

CON-CU-VI

Règle de bienséance selon laquelle aucune ligne ne doit se terminer par une coupure après l'une de ces trois syllabes.

COPIE

• Exemplaire du produit fini obtenu par reproduction de l'original.
• Document de base (manuscrit, tapuscrit, accompagné ou non d'illustrations).

COPYRIGHT

Protection des droits de l’auteur, utilisé et recommandé.

COQUILLE

Erreur de composition : lettre manquante ou quand une lettre est mise à la place d'une autre.

CORPS

Terme de la typographie qui indique la taille d’un caractére , exprimée généralement en points typographiques ou en dixièmes de millimètres. Les textes courants sont généralement composés en corps 9 à 12. Les textes secondaires peuvent l'être en corps 7, 8 et parfois moins.

CORRECTEUR

Personne chargée de relire les épreuves et d'indiquer les corrections à y apporter.

CORRECTEUR D'AUTEUR

Correction qui ne résulte pas d'une faute de composition, mais qui est demandée par l'auteur ou le client pour sa convenance personnelle.

CORRIGEUR

Personne chargée d'exécuter les corrections données sur épreuves par le correcteur, l'auteur ou le client.

COTE

Ensemble des indications portées sur la copie pour permettre la composition.

COUCHE

Ensemble des éléments photographiques portés chimiquement sur les films de photogravure. Dans le sens de lecture, les typons destinés à l'offset sont couche dessous et ceux destinés à la sérigraphie sont couche dessus.

COUCHÉ

Papier ayant reçu une couche sur une face ou sur les deux. On distingue : les couchés classiques, papiers d'art traditionnels dotés de qualité exceptionnelles et relativementchers ;
• les couchés modernes, qui bénéficient généralement d'un double couchage en machine et hors machine, et qui répondent à la plupart des besoins de l'imprimerie contemporaine.
• les couchés machine, qui sont plus ordinaires et ne subissent qu'un seul couchage en cours de fabrication.

Couché machine

Papier couché contenant un pourcentage plus ou moins élevé de pâtes mécaniques : de 20 à 50 % (il est alors dénommé avec bois); les pâtes, comme les charges, lui donnent de l'opacité. Il est moins chargé en couche que le couché moderne (de 7 à 8 gr/m2 par face). Le grammage du papier peut descendre aux environs de 40 gr/m2..

Couché moderne

Papier couché sans pâte mécanique (sans bois) et ayant une couche de 10 à 20 gr/m2 par face. Le couchage peut être effectué sur ou hors de la machine à papier; dans le cas d'un couchage hors de la machine à papier, chaque face reçoit une ou deux couches n'excédant pas en totalité environ 20 gr. de couche par face.

COUILLARD

Filet maigre d'une largeur inférieure à celle de la colonne, qui est utilisé pour séparer deux informations ayant des liens entre elles.

Couleur

Les pigments sont inclus dans la pâte au cours de la fabrication, certains aspects de surface également (grainé, toilé, strié, vergé, filigrané...).

COULEURS D'ACCOMPAGNEMENT

Couleurs franches obtenues par le mélange précis de certaines couleurs de base, telles les couleurs « Focoltone » et les couleurs « Pantone ». Viennent généralement en accompagnement du noir.

COUPE

Coupe final du produit fini et emballé.

COURBE DE BEZIER

Tracés de courbes dessinés qui se rapportent à une série de coordonnées. Au coeur du langage PostScript pour l’impression numérique.

Couture

Procédé par lequel les cahiers assemblés (superposés les uns sur les autres) sont cousus au fil textile avant d'être brochés ou reliés.

COUVERTURE

Terme générique désignant un papier ou un carton destinés principalement à être collés sur une cannelure en vue de constituer un carton ondulé, ou à recouvrir, par exemple par collage, un autre papier ou carton, avec lesquels ils font corps.

COUVERTURE RIGIDE

Type de confection dont les extrémités sont récupérées et cousu (carton cousu) ou collés (carton fraisé). Le bloc de pages est ensuite collé sur la couverture, composé d’une planche de papier ou autre matériaux et collé à la partie cartonnée qui rend la prise en main rigide/raide.

Couverture kraft

Couverture composée essentiellement de pâte kraft.

CRENAGE

Le chevauchement partiel des lettres, il est habituellement utilisé pour donner un effet optique de densité dans les écrits permettant à un caractère d’ entrer dans le «blanc» d’un autre.Modification de l'espace entre certains caractères qui, sinon apparaîtraient mal interlettrés (par exemple lorsque la A et le V sont voisins). Le dessin du g peut par exemple déborder sous le f.

Cristal

Papier sans bois, écru, blanchi ou coloré, transparent, translucide lorsqu'il est coloré ou opacité dans la masse, glacé et lustré sur les deux faces et peu perméable aux corps gras ainsi qu'à la transmission des odeurs. (NF Q 12-003).

CROMALINE

Epreuve couleur sur papier pour contrôler la photogravure.

CRT

Les premiers systèmes de composition numérique utilisé le CRT ("Cathod Ray Tube") (tube cathodique) pour générer un caractère de dessin à l’aide de pixels qui ont été exposées sur un film photosensible. La technologie laser a remplacé cette méthode fondamentale pour la conception typographique dans l’ère de la télévision et des écrans tactiles.

CTP (Computer to Plate)

Méthode pour les matrices d’impression qui ne requiert pas de films, mais qui, par le biais des ordinateurs, permet la gravure de la forme imprimée directement à partir du fichier.

Cul-de-lampe

Motif placé à la fin des chapitres.

CUNÉIFORME

Écriture dont les caractères ont la forme de coins. Les écritures cunéiformes sont apparues au Proche-Orient vers 2700 avant notre ère.

CURSIVE

Ecriture manuelle dans laquelle les lettres sont inclinées et reliées..

CYAN

Une des quatre couleurs de base avec lesquelles on compose la quadrichromie.

DALLE

Support sur lequel les images à imprimer sont imprimés au moyen d’un procédé chimique de zinc: ceux-ci, teint avec de l’encre, sont transférés à la gomme, puis sur le papier.

DÉBORD

Partie imprimée venant à l'extérieur du format de page, supprimée lors du massicotage.

DÉCROCHÉ

Titre, texte ou illustration qui mord sur un ensemble de colonnes consacré à un autre sujet.

DEFINITION.

Degré de la definition souvent qualifié de “haute” ou de “basse” definition.

Délié

Partie fine d'une lettre qui s'oppose à la partie plus épaisse.

Délié de jonction

Trait fin qui relie par exemple la panse du g et sa boucle.

DEMI TEINTE

Terme technique pour définir les reproductions d’impression qui ont besoin de nuances de couleurs (pour les photographies). Il s’oppose à l’expression «tract». La projection des images nécessaires à la reproduction par impression. La taille et la densité des points déterminent le clair-obscur des zones.
Technique de gravure directe. Il prépare la dalle avec du granites obtenus avec le sable, ou pierre ponce et d’autres matériaux afin d’obtenir un fond sombre et granuleux, ou, avec un progressif effacement avec slicker et pointe d’agate, on obtient des tons plus légers.

DEMI TON

Outil graphique utilisé pour reproduire les effets de clair-obscur d’une image. Les écrans sont indiquées par le nombre de lignes contenues dans un pouce.

DÉMOTIQUE

Écriture manuscrite de l'Égypte ancienne encore plus simplifiée que le hiératique (voir ce mot). Ce fut son écriture courante.

DESCENDANTE

Partie du caractère typographique située au-dessous de son œil, comme dans les p, q. On dit aussi jambage.

DÉTOURAGE

Reproduction d'une photographie de telle sorte que la silhouette d'une personne, ou de tout autre élément linéaire, apparaisse seule après suppression du fond qui l'entourait.

DIACRITIQUE

Elément surajouté à une lettre d'un alphabet afin d'en modifier la valeur. Les accents et les cédilles sont des signes diacritiques.

DIDASCALIE

Texte court pour decrire une photo ou un dessin, souvent écris avec un corps plus petit que le reste du texte.

DIDOT

1. Nom d'une célèbre famille française de graveurs, fondeurs, imprimeurs et papetiers, dont l'activité s'étend de 1689 à 1913.
2. Nom d'une famille de caractères, créée par François-Ambroise Didot (avant 1786), puis perfectionnée par son fils Firmin (vers 1794).
3. Nom du point typographique (0,375 9 mm) créé par François-Ambroise Didot vers 1780. Aujourd'hui, en France, le point Didot est le point typographique généralement en usage.
4. Famille de caractères à empattements filiformes (classfication Thibaudeau).

DIGITALE

Technologie bien établie dans le domaine de l’impression et la manipulation d’images depuis les années 1980, à la base des systèmes informatiques, c’est la notion d’informatique digitale comprise comme un ensemble de données binaires.

DIMESION

Espace occupé par quelque chose. Ce terme est largement utilisé dans les techniques de pagination.

DIRECTEUR D’ART

Personne dans une agence de pubblicité (ou généralement dans le domaine de la publicité), qui est en charge de traduire le contenu d'une communication en image.

DISPOSITIF DE DÉCOUPE DE CAPE

Lames en forme dans laquelle vous voulez couper le papier ou le carton.

DOCUMENT DE TRANSPORT

Document de transport, document non fiscale, qui est émis pour accompagner les marchandises.

DOCUMENT AU TRAIT

Document noir et blanc, exempt de toute demi-teinte.

DONAT

Au Moyen Âge, traité de grammaire. Ce nom vient de Ælius Donatus, grammairien latin du IVe siècle.

DOS/RETOUR

La hauteur et l’épaisseur de la publlication par rapport à la marge.

DOSSIER / FOLDER

Pliage avec plusieurs feuilles

DOUBLON

Lettre, mot ou passage répété par erreur. Information faisant double emploi avec une autre.

DOUZE, OU CICÉRO

Mesure typographique française équivalant à 12 points Didot, et à 4,51 mm. Correspond au « cicéro ».

DPI /PPP

Le DPI est une unité de mesure de la résolution, utilisée principalement pour les écrans et les imprimantes. En français on parle de points par pouce (PPP) ou de pixels par pouce. Pour un écran, il s'agit toujours de pixels par pouce (chaque pixel étant composé de trois points rouge, vert et bleu). Pour une imprimante, il faut davantage de points que de pixels car les points servent à imprimer une trame.
C’est une référence pour la resolution d’une image en imprimerie, plus il y a de DPI/PPP plus la resolution est bonne.

DRAPEAU

Colonne de texte non justifié mais dont un des côtés est aligné (à droite ou à gauche). On parle alors de texte en drapeau.

DTP (Desk Top Publishing).

Ensemble de techniques qui, à l’aide d’ordinateurs et des logiciels de mise en page, permettent de gérer et de traiter des textes et des images, permettant d’obtenir des documents déjà paginés prêts pour l’impression. Disponible à partir de la fin des années 80.

DUCTUS

Du latin ducere, conduire : action gestuelle visible dans l'écriture (conduite de l'outil, du tracé).

Échelle de reproduction

Rapport des dimensions de l'image reproduite, à celles de la partie correspondante de l'original.

ÉCRITURE CAROLINGIENNE

Voir " Caroline ".

ÉCRITURE HUMANISTIQUE

Écriture manuelle soignée, issue de la Caroline, usitée en Italie aux XVe et XVIe siècles. Le fac-similé typographique de cette écriture a donné les caractères à empattements comme le Garamond (Garaldes).

Éditeur (ou ordonnateur)

Maître d'ouvrage de toute publication.

ÉGYPTIENNES

Famille des caractères à empattements rectangulaires(classification Thibaudeau).

ELARGI/ÉTENDU

Un terme qui décrit la distorsion d’un caractère d’une largeur supérieure à la normale. C’est le contraire de Condensé.

ÉLISION

C'est la suppression de la voyelle finale d'un mot. Elle se matérialise par une apostrophe.

ELZÉVIRS

Famille des caractères à empattements triangulaires et dérivés(classification Thibaudeau).

EM.

Unité de mesure qui est basé sur le dessin de la lettre M qui tend normalement à carré. Et qui est liées à la conception et le corps du caractère.

EMBALLAGE

Comment le produit est présenté au consommateur final. Étude de l’emballage qui prend en compte le facteur esthétique tant le facteur pratique fonctionnel, puisque le but est de rendre le produit attrayant mais aussi protégeant.

Empagement

Surface occupée dans une page par la composition d'un texte ou d'un ensemble texte-images.

Empattement

Sorte de petit trait (ou ornementation) qui prolonge les extrémités des traits droits et obliques des lettres.

EN

Unité de mesure basé sur la moitié de “em”.

Encart

Additif à un ouvrage, imprimé sur un papier différent qui peut être fixe ou volant, c'est-à-dire simplement glissé entre deux pages.

Encartage

Principe de réunion des cahiers d'un ouvrage par intercalage de chaque cahier au milieu du précédent.

Encre au modèle

Encre étudiée à la demande de l'imprimeur pour répondre à des exigences particulières, afin de réaliser les tons directs.

Encre « standard »

Encre faisant l'objet de fabrications suivies et se trouvant en stock chez les fournisseurs d'encres. C'est le cas de la plupart des gammes d'encres primaires. Mais, aussi utilisées qu'elles soient, les encres primaires ne couvrent pas tous les besoins de l'imprimeur; c'est pourquoi les fabricants d'encres commercialisent des séries d'encres, en principe mono-pigmentaires, de teintes usuelles utilisées seules ou en mélanges pour créer de nouvelles couleurs.

Enduit

Type de papier avec une surface «rayures», utilisé surtout quand il y a des reproductions en couleurs ou illustrations en noir et blanc.

Engraissement

Modification des traits ou des trames qui consiste en un élargissement des surfaces imprimantes soit volontaire par opération photographique - dans ce cas un affinement est également réalisable -, soit involontaire, par écrasement de l'impression sur le papier (excès de pression, excès d'encre) parfois nécessité par l'état de surface de papier.

EN LIGNE/ HORS LIGNE

Le caractére est appelé «inline» lorsque le traitement qui dessine le caractère est percée; “outline”, lorsque le dessin est défini uniquement par la ligne qui suit le contour sans rembourrage. Une trame de fond est souvent associé à cet effet.

EN TETE

Titre, l’en-tête d’un message publicitaire rédigé et composé de manière à attirer l’attention. Habituellement on peut résumer le thème de la campagne publicitaire. Ce terme a rendu obsolète le slogan.

EN SPIRALE

Methode de reliure alternative qui consiste a apposé une spirale sur le dos du livre pour rendre plus facile le feuilletage.

Envers

Verso de la feuille de papier. Les exigences de la fabrication du papier font que le recto et le verso de la bande n'ont jamais tout à fait le même aspect, quels que soient les traitements infligés au papier. Sur un papier «qui a de l'envers», cette différence est bien visible; elle ne constitue pas forcément un handicap, tout dépend de l'application envisagée.

EN VIE

Impression "en marge", couvrant la totalité de la feuille.

Épair

Disparités d'aspect visible dans la transparence du papier. Lorsque ces disparités sont très accentuées, on parle d'épair « nuageux»; le rendu de l'impression risque alors d'en souffrir.

Épreuve

Justificatif imprimé de composition ou de photogravure, préalable au tirage ; pour les textes on distingue successivement : l'épreuve en placard (ou «en première »), l'épreuve «en seconde» (mise en page du texte) et la «tierce» qui présente la page définitive associant texte et image.

Épreuve de photogravure

Document obtenu soit par un procédé photographique, soit par un procédé d'impression, et destiné au contrôle du processus de reproduction des images (monochrome ou polychrome).

EPS

Encapsulated PostScript (. EPS) est le format d’image bitmap le plus populaire et utilisé des programmes pour le graphisme et la mise en page dans l’environnement MAC et Windows. Il a été créé comme un format de sortie pour l’impression d’images graphiques.
Extension de fichiers d’image.

ESPACE

Mot du genre féminin en typo qui désigne les blancs placés entre les mots pour les espacer. Devant le point-virgule, les points d'exclamation et d'interrogation, on doit placer une espace nommée espace fine, inférieure normalement à celle qui sépare les mots.

ESPACE FINE ou FINE

Espace de dimension proche de celle du « quart de cadratin ».

ESPACE INSÉCABLE

Espace de dimension qui reste fixe et qui ne peut pas être séparée des deux lettres ou signes qu'elle relie.

ESPACE JUSTIFIANTE

Voir « espace normale ».

ESPACE-MOT

Voir « espace normale ».

ESPACE NORMALE

Espace réalisée sur le clavier avec la barre d'espacement. Cette espace est sécable et sa dimension peut être modifiée en fonction de la justification automatique sur les deux côtés. En typo, on l'appelle aussi espace justifiante et espace-mot.

ESPERLUETTE

C'est le nom de notre caractère &, ligature du e et du t. L'esperluette était déjà utilisée par les Romains.

ESTIENNE

1. Célèbre famille française d'imprimeurs et d'éditeurs connue dès le XVe siècle pour la perfection de leurs ouvrages et leur érudition.
2. Célèbre école française supérieure d'arts graphiques préparant aux différents métiers du livre.

ETIQUETTE

Adhésif de type divers: papier, plastique, métal, qui peut être imprimé et verni.

Etroitisé

Se dit d'un caractère lorsqu'il est comprimé dans sa largeur (à l'opposé d'extra-large).

EXPERT (PAO)

Une police « expert » vient en complément d'une police standard. Elle doit comporter les petites capitales, les petits chiffres, certaines ligatures et parfois des vignettes ornementales.

Exposition (ou insolation)

Action de soumettre une surface photosensible à un rayonnement actinique.

FACE

La partie à l’opposé du blanc dans une feuille de machine.

FACETTE

Chacune des deux surfaces d’une feuille.

FAÇONNAGE

L'ensemble des opérations de finition qui se déroulent à partir des feuilles et des couvertures imprimées : rainurage, pliage, pelliculage, gaufrage, timbrage, assemblage et couture des cahiers, encollage et encartage des couvertures, massicotage, etc.

FAMILLE

En typographie, terme donné à une série de dessins du même caractère, variante d'un dessin de base. Elle est composée de plusieurs types: romain, italique, gras, maigre, étroitisé et large.

Fausse page

Page de gauche d'un ouvrage imprimé. Son folio est pair.

Faux filigrane

Empreinte semblable en apparence à un filigrane, produite dans le papier fini par des moyens mécaniques ou par application de certains produits.

Fer

On dit d'un texte qu'il est composé au fer quand seul une extrémité des est alignée verticalement. Un texte peut être composé au fer à gauche ou à droite (on dit aussi en drapeau).

Feuille

Matériau de faible épaisseur présenté à plat selon un format déterminé.

Feuillet

Appellation servant à désigner une subdivision de la feuille au format rogné ou non. (Dans un ouvrage un feuillet représente 2 pages, soit 2 faces, le recto et le verso).

FILET

Eléments entrant dans la composition sous la forme de traits ou de lignes servant à souligner, à séparer, à encadrer des textes ou des illustrations. Les filets présentent plusieurs épaisseurs.

FILIGRAMME

Logo en relief (dessin, figure ou texte) sur le papier, visible en transparence. Il est utilisé pour identifier l’origine du papier, pour dater et identifier le format du livre.

Filigrane clair

Dessin apparaissant par transparence dans un papier; il est réalisé par la mise en place d'un motif en fils métalliques sur la toile de la machine à papier.

Filigrane « humide »

Empreinte d'un dessin délibérément produit dans le papier et visible par transparence. Le dessin est obtenu, par déplacement localisé des fibres, de deux façons possibles:
• au moyen d'une empreinte en relief ou en creux dans la toile, par exemple à la forme à main ou de la forme ronde d'une machine;
• au moyen d'une empreinte en relief ou en creux à la surface d'un cylindre (rouleau égoutteur tournant) en contact avec la pâte humide sur la toile d'une machine à table plate.

Filigrane ombré

Image dégradée obtenue par variation progressive de l'épaisseur du papier, et réalisée par écrasement du papier à l'état humide avec un cylindre gravé en basrelief.

Filigrane repéré

Filigrane positionnée à un endroit déterminé et constant de la feuille.

Film

Surface photosensible vierge sur un support en matière transparente ou translucide. Un film est également la reproduction d'un document sur support photosensible transparent destinée au report (copie) sur la plaque.

FILOREFE

Système de reliure. Opération avec laquelle les feuilles d’un livre ou d’un dossier sont cousues ensembles.

dater et identifier le format du livre.

FLASHAGE

Opération permettant la réalisation automatique des films de photogravure (ou typons), à partir de la lecture des fichiers informatiques et sans intervention de l'opérateur sur leurs contenus.

FLASHEUSE

Dispositif d’impression de données à haute résolution des ordinateurs converti aux codes qui génèrent des caractéres et graphismes sur un support photosensible par l’intermédiaire de systèmes optiques. La “flasheuse” peut être faite via CRT ou laser.

FOCOLTONE

Nom d'un système de composition de couleurs d'accompagnement, constituées de mélanges très précis de certains pourcentages des quatre couleurs primaires.

FOLDER / DOSSIER

Pliage avec plusieurs feuilles.

Folio (folioter, foliotage)

Chiffre qui numérote chaque page d'un document imprimé.

Fond

Petit fond : marge intérieure de l'ouvrage (côté charnière) Grand fond : marge extérieure de l'ouvrage. On parle de marge de petit fond et de marge de grand fond.

FONDERIE

Terme dérivé de l’industrie de la fonderie des métaux des caractéres. Aujourd'hui, elle indique souvent des petites études de conception et distribution de polices numériques.

FONT / POLICE

Fichiers de données qui sont fournies aux ordinateurs avec des informations graphiques nécessaires pour élaborer un style de caractère particulier pour la vidéo et sa sortie.
La signification a changé avec le temps, actuellement cela indique le set de caractère complet par dimension et style.
Origine et nom d'un caractère d'imprimerie.

Fonte

Police de caractères complète, avec ses chiffres, sa ponctuation et ses signes divers tels que les petites capitales ...

Force

Terme désignant le grammage d'un papier (et non sa résistance à la déchirure).

Format d'impression

Formats papier minoré de la largeur de prise de pinces.

Format fini

Format de l'imprimé, une fois terminées les opérations de finition. Celles-ci consistent :
• sur feuille simple, en une rogne sur les 4 côtés en cas de «fonds perdus» ;
• sur un cahier, en une rogne sur 3 côtés ;
• sur un ouvrage broché, en un abattage de dos éventuel, avant couverture et en une rogne sur 3 côtés.

Format machine

Dimension des cylindres de la presse utilisée (longueur x développement).

Format papier

Format intermédiaires délimités par un format maximum et un format minimum pouvant être utilisés par la presse. Les formats sont généralement multiples du format A4 (21 x29,7cm) relatif aux formats des presses offset.

FRACTURES

Famille de caractères représentés par nos « Gothiques », classables parmi les Manuaires. Mais les nombreux styles de Fraktur - allemands notamment - justifiaient (classification internationale oblige) la création de ce groupe particulier (classification Vox-Atypi).

Frictionné

Papier dont une seule face est rendue unie et brillante par application et séchage sur un cylindre de métal poli chauffé, l'autre face conservant un aspect brut.

Fût

Trait principal, vertical ou oblique, comme dans L, B, V ou A. Egalement appelé haste ou hampe.

Gabarit

Modèle simple sur lequel on dispose les textes dansla mise en page d'un ouvrage.

GABARIT D'EMPAGEMENT

Préalable à toute mise en page : tracé du principe de l'organisation des pages d'un ouvrage.

GALVANOTYPE

Plaque de cire sur lequel vient s’imprimer le cliché, est recouvert d’une couche de graphite qui, grâce à un bain électrolytique, génère une forme de cuivre. Voir aussi stéréotype.

Gamme d'encres

Ensemble des encres utilisées pour une reproduction imprimée. Par exemple : gamme primaire normalisée, magenta, jaune, cyan.

Gamme des couleurs

Ensemble de toutes les combinaisons possibles de valeurs (pourcentages de trames) entre les 3 couleurs primaires.

Gamme d'essai ou « de photogravure »

Ensemble d'épreuves de chacune des couleurs de la sélection, puis de leurs superpositions progressives. Par exemple: Magenta/Jaune/M + J/Cyan/M + J + C/Noir M+J+C+N.

GARALDES

Famille de caractères qui perpétue le style noble et gracieux de la Renaissance italo-française des XVIe et XVIIe siècles. Leur nom marie ceux de Claude Garamont et d'Alde Manuce. Leurs graisses sont distribuées par rapport à un axe incliné (classification Vox-Atypi).

GARAMOND

Caractère typographique créé en 1544 par le graveur français Claude Garamont.

GARAMONT

Claude (1499 ?-1561). Typographe de François Ier. Il créa le superbe caractère typographique qui porte son nom. Il se fit appeler Garamondus, selon la mode d'alors de latiniser son nom.

Garnitures

Eléments d'une mise en page qui ne sont pas des caractères, mais les filets, barres, fleurons ...

Gaufrage

Opération qui consiste à faire apparaître un relief par le passage du papier entre deux cylindres gravés.

GIF

Format d’échange graphique (Créé par CompuServe GIF). C’est un format d’image bitmap qui adopte la compression sans perte. Il est recommandé pour exporter des images web avec palette jusqu'à 256 couleurs.

Gommage

Opération consistant à appliquer un adhésif approprié sur tout ou partie de la surface d'une feuille de papier ou de carton, pour la rendre adhésive en vue d'un usage ultérieur.

Gondolage

Déformation d'un papier, généralement sur les bords et en sens « travers», due à des différences locales de l'humidité du papier. Remarque : Lorsque le gondolage se situe au milieu de la feuille, on dit que le papier «poche».

GOTHIC

En américain : caractère typographique sans empattements (Linéales).

GOTHIQUE

Caractère résultant d’écriture germanique médiéval. Les textes, Fraktur, vieil anglais, Rotunda et Bastard (Schwabacher) sont les principales familles de caractères gothiques.

GOUTTIÈRE

Espace séparant deux colonnes dans une page.

GRAISSE

La graisse d'une lettre caractérise l'épaisseur de son trait. A chacune de ses valeurs correspond une dénomination :
maigre (ou light)
normal (ou regular)
gras (ou bold)
extra-gras (ou extra-bold)

Grammage

Poids d'un papier exprimée en grammes par mètre carré (gr/m2). En général de 35 à 350 grammes Pour un même grammage l’opacité varie selon la densité des fibres et la qualité de la fabrication.

GRAPHIQUE

C’est l’étude et la conception de l’esthétique et la fonctionnalité de l’imprimé, qui comprend également les phases connexes de conception.

GRAS

Indique le poids d’un caractére. Il est aussi appelé "Gras".

GRAND ESPACEMENT

L’insertion d’un espacement supérieur à la normale entre les caractéres.

GRAND FOND

Partie de la feuille d'un ouvrage située entre le côté latéral extérieur du rectangle d'empagement et son bord extérieur. On dit aussi blanc de grand fond ou plus simplement marge extérieure.

GRAVEUR DE POINTS

L’artisan qui grave physiquement le chara-design dans la barre avec son poing. Avant d’utiliser le pantographe, cette activité requiert une grande habilité à être considéré comme égal à celui de la conception du caractére, qui est souvent le graveur a contribué.

GRAVURE

Action de former des «creux», par tout moyen approprié, dans une plaque métallique ou plastique, au cours de la préparation d'une forme d'impression. (Pour certains procédés le creux obtenu peut être extrêmement faible, de l'ordre du micromètre.)

Grille

Gabarit généralement construit en vue de l'utilisation complexe de la surface d'une page. Grille modulaire : système de mise en page qui offre plusieurs posibilités de distribution des éléments de la page (texte/image), tout en conservant la cohérence de l'ensemble de l'ouvrage.

GRIS TYPOGRAPHIQUE

Dans un texte typographié : résultat de la combinaison du caractère utilisé, de ses attributs (sa force de corps, son œil, sa graisse, etc.), de l'interlignage et de la longueur de la justiication. Chaque gris typographique traduit une atmosphère particulière qui convient ou ne convient pas à l'esprit du texte que l'on met en page.

GROTESK

En allemand : nom donné aux caractères typographiques sans empattements (Linéales).

GUTENBERG (vers 1396-1468)

Johannes Gensfleisch, dit Gutenberg, du nom de sa mère, inventa vers 1445 la typographie, c'est-à-dire la composition des textes avec des caractères métalliques, mobiles et réutilisables, qu'on appela, pendant un siècle, « écriture sans plume ».

HABILLAGE

Texte épousant tout ou partie des contours d'une illustration.

HAMPE ou ASCENDANTE

Partie du dessin de la lettre venant au-dessus de son œil. Par exemple, les lettres b, d, h ont des hampes.

Hauteur d'x

Hauteur du caractère bas de casse, à l'exclusion des jambages inférieurs et supérieurs.

Hauteur de capitale

Hauteur de la capitale d'une police, comprise entre la ligne de pied et l'extrémité supérieure du caractère.

HIÉRATIQUE

Écriture manuscrite de l'Égypte ancienne à usage administratif et livresque, utilisant des hiéroglyphes simplifiés.

Hirondelle

Petits repères, généralement en forme d'angles droits, imprimés discrètement pour faciliter les repérages de coupe ou de montage des photos.

HOMOTHÉTIQUE

Se dit du rapport d'agrandissement ou de réduction d'un document dont toutes les dimensions sont multipliées ou divisées par le même coefficient.

HORS REGISTRE

Imperfection du chevauchement des quatres couleurs fondamentales qui forment l’image en couleur, avec une conséquence de frottis de couleurs.

HUMANES

Famille de caractères issus des caractères vénitiens du XVe siècle. Leurs empattements sont courts et épais, les contrastes entre pleins et déliés peu marqués. Leurs capitales ont la hauteur des lettres « longues du haut » (qui comportent une hampe), (classification Vox-Atypi).

Humidité relative de l'air

Rapport, exprimé en pourcentage pour une température donnée, entre la masse de vapeur d'eau contenue dans l'air et la masse qu'il pourrait absorber à saturation. Par exemple, pour une température de 23°C, l'air à saturation peut contenir 20,3 grammes d'eau par mètre cube d'air.

HIÉROGLYPHE

Chacun des signes du système d'écriture idéographique de l'Égypte ancienne. Les hiéroglyphes sont apparus vers 3000 avant notre ère. Le plus souvent gravés dans la pierre, ils étaient utilisés pour transcrire des textes sacrés ou officiels et ne pouvaient être compris que par une élite cultivée.

IMAGE COORDINÉE

Image d’identité et de la reconnaissance visuelle d’une entreprise ou un produit ou d’un type particulier de produit particulièrement important et soigné dans emballage.

IMAGE PICTURALE

Il est formé par une série de points (pixels) dessiné sur l’écran. Ce format est principalement utilisé pour décrire des images de qualité photographique.

IMAGE VECTORIELLE

Une image est vectorielle quand elle est attribuée à une description mathématique, c'est-à-dire par le biais de fonctions. Les graphiques vectoriels représentent chaque élément selon les coordonnées de certains de ses points à l’aide d’un système de référence. Ce format de représentation de données occupe une petite quantité de mémoire et est totalement indépendant de la production.

Imposition

Ordonnancement des pages d'un ouvrage sur la forme imprimante, selon une disposition permettant de les retrouver assemblées dans l'ordre logique après pliure.

Impression

Reproduction de textes ou d'illustrations par transfert d'une préparation (encre, par exemple) sur un support à partir d'une mémoire-image.

IMPRESSION À CHAUD

Procédé d’impression typographique à l’aide d’un ruban de couleur transférables thermiquement pour transférer le graphite de la forme au titulaire ; La forme est chauffée par des résistances électriques.

IMPRESSION À SEC

Procédé de finition de l’imprimé avec lequelle on obtient un soulagement sur la feuille en appliquant une pression sur le support placé au-dessus d’une forme de zones de type non signé.

IMPRESSION DIGITALE

Procédé d’impression directe entre ordinateur et imprimante (laser, jet d’encre).

IMPRESSION EN QUADICHROMIE

Les 4 couleurs (cyan, magenta, jaune et noir) permettent d’obtenir une large gamme de couleurs, en synthèse soustractive avec le processus d’impression et la combinaison d’écrans de diverses densités.

IMPRESSION LASER

Le faisceau lumineux du laser dessine les caractéres basés sur les informations de sortie reçues (qui peuvent être PostScript, bitmap ou autre). Selon l’unité d’impression, il peut affecter des films photosensibles (en photounits de laser) ou électrostatiquement déterminer le dépôt du Toner couleur (dans les imprimantes). La première méthode permet une définition beaucoup plus grande que la seconde.

IMPRESSION LENTICULAIRE

Procédé d’impression sur tous types de cartes postales, des gadgets bidimensionnels et vitrine; offre des sensations de mouvement et de perspective. Les effets réalisables sont morph, animation, zoom et le changement de l’image.

IMPRESSION NUMÉRIQUE

Système d'impression fonctionnant selon la technologie de l'électrophotographie. L'impression est directement pilotée par un ordinateur.

IMPRESSION TRADITIONNELLE

Procédé d’impression lithographique avec lequel l’image est transportée de la matrice sur un cylindre de caoutchouc et ensuite gravée sur le papier.

IMPRESSION TYPOGRAHIQUE

Ancien procédé maintenant utilisé uniquement pour des oeuvres particulières où le graphique (partie imprimante du formulaire) sont en relief et spéculaire d’impression (illisible) par rapport aux pièces non-imprimante. Il est aussi défini comme une méthode d’impression directe parce qu’il n’y a aucune interposition d’autres matières entre la forme et le support et parce que l’application de la pression entraîne la lisibilité de l’impression du graphique.

Imprimeur

Maître d'oeuvre de toute impression.

INCISES

Famille de caractères dont le dessin rappelle celui des lettres latines d'inscription, lesquelles ignoraient les minuscules. Sont prioritairement des caractères de titrage (classification Vox-Atypi).

INCUNABLE

Livre réalisé en typographie, fabriqué jusqu'à la fin de l'année 1500.

In-folio

Format obtenu après pliage en deux d'une feuille d'impression, ce qui représente 4 pages. On distingue aussi l'in-quarto (in-4°), subdivision en 4 d'une feuille, soit 8 pages ; l'in-octavo (in-8°), subdivision en 8, soit 16 pages. In-16, in-24, in-32, in-48 ...

INKJET

L’impression se fait avec une tête qui se déplace horizontalement le long de la feuille. Sur la tête sont montés les cartouches d’encre qui, grâce à des buses spéciales (buses), saupoudrer de micro gouttes d’encre sur la feuille de papier formant les caractéres et les images. L’imprimante jet d’encre peut imprimer sur une grande variété de matériaux, bien qu'elle n'est pas aussi large que l’imprimante IRIS.

INTERCALAIRE

Feuillet simple, hors-texte, inséré dans le corps d'ouvrage.

INTERLETTRAGE

Augmentation de l'espace compris entre les différents caractères d'un texte composé.

INTERLIGNAGE

Espace mesurable en points, ajouté entre deux lignes de texte pour l'aérer. Mesure à préciser de pied de lettre à pied de lettre en millimètres.

INTERLIGNE

Espace blanc qui vient s’interposer entre la ligne et le texte et qui a un sens horizontal. Au debut de la photocomposition , ce procédé était obtenu a la main en utilisant des tiges de metals.

ITALIQUE

Caractères typographique incliné vers la droite.

JAMBAGE ou DESCENDANTE

Partie du dessin de la lettre venant au-dessous de son œil. Par exemple, les lettres p et q ont des jambages.

Jambage inférieur

Partie inférieure d'une lettre bas de casse qui descend sous la ligne de pied, comme pour le p ou le g. Se dit aussi longue descendante.

Jambage supérieur

Partie supérieure d'une lettre bas de casse qui s'élève au-dessus de l'oeil (ou hauteur d'x), comme dans le b, le d ou le k. Se dit aussi longue ascendante.

JAUGE

Règle avec les indicateurs de mesure du système Didot et plusieurs calculs dans les différents corps.

JAUNE

Une des quatre couleurs de la quadrichromie.

JPEG

Joint Photographic Experts Group (.JPEG,.JPG) est un format d’image bitmap obtenu avec une compression et perte de qualité. Format conseiller pour les images de basses resolutions.

JUSTESSE

Longueur de la courbe du texte.

JUSTIFICATION

Longueur des lignes d'un texte composé en alinéa (paragraphe) et limitées par leur alignement à gauche et à droite.

JUSTIFIER

Alignement du texte qui est a gauche et a droite. Voir aussi: Alignement.

KIT

Indique tous les éléments de la mise en page qui ne sont pas des textes, tels que des filets, des tableaux, des décorations et autres.

Laize

C'est la largeur d'une bobine de papier mesurée en cm. Selon les cas, la laize aura 85 cm, 127,5 cm ou 169,5 cm.

LAPIDAIRE

Du latin lapis, pierre. Se dit des inscriptions gravées dans la pierre, sur des monuments par exemple.

LAYOUT

La disposition graphique des différents éléments d’une publicité, afin de représenter plus fidèlement possible l’image définitive de l’annonce elle-même. Dans une mise en page s’affiche: le titre, l’illustration ou l’esquisse d’une photographie possible, la taille du texte, sinon la version finale de la même chose.

LETTRINE

Lettre de gros corps placée en début de paragraphe.

Lézarde

Dans un pavé de texte composé, forme blanche qui prend l'allure d'une lézarde et qui peut être considérée comme inesthétique. Elle est dû à une succession verticale de blancs entre les mots.

LIGATURES

Liaison effectuée entre deux lettres ou plus pour des raisons optiques (comme oe, ff, ffl ou fi). Les ligatures étaient très répandues dans la composition chaude mais elles le sont beaucoup moins dans la photocomposition et on y revient dans la composition numérique.

Ligne à voleur

Ligne de quelques lettres en fin d'alinéa.

LIGNE DE BASE

La ligne (non imprimée) sur lequel les lettres reposent et s'alignent. Les traits décroissant restent sous cette ligne.

Ligne de pied

Ligne sur laquelle s'alignent les caractères, dite également base. Les jambages inférieurs descendent sous cette ligne.

LIGNOMÈTRE

Règle transparente qui présente les graduations de différentes forces de corps typographiques, généralement en points Didot et en points Pica. Elle sert à évaluer le nombre de lignes de texte pouvant entrer dans une hauteur de colonne de la mise en page.

LINÉALES

Famille de caractères sans empattements, faits de lignes uniformes ou modulées, qui peuvent être déclinés dans des graisses allant du très maigre au très gras (classification Vox-Atypi). Ce sont les Antiques de Thibaudeau.

Linéature de trame

Nombre de lignes ou de points par centimètre (ou par pouce), du quadrillage de base d'une trame.

LINOTYPE

Terme avec lequel nous décrivons une entreprise, une machine, un système de composition et une bibliothèque de caractères. La Linotype est le premier système de numérotation chaud et a été lancé en 1886. La composition des chaînes de texte peut être effectuée par l’opérateur directement sur un clavier connecté à l’appareil de composition métallique. À l’aide d’un système différent, le Monotype composé des lignes avec un caractère à la fois.

LISIBILITÉ

La lisibilité du texte est liée à deux facteurs distincts. Le premier concerne la bonne perception des lettres individuelles et est lié à un dessin correct des caractères. Le second concerne la composition correcte du texte qui, à l’aide d’espacement, interlines et autres éléments, permet le défilement rapide du regard facilitant la lecture.

LITHOGRAPHIE

Procédé d’impression qui utilise une image gravée sur métal (à l’origine sur la pierre) dont seule la partie qui doit être imprimée absorbe l’encre qui est imprimé en contact sur la surface à imprimer. L’eau est utilisée pour réguler le mécanisme de l’attraction ou de rejet de l’encre. La lithographie «offset» fournit un transfert intermédiaire de l’image de la dalle sur un rouleau en caoutchouc, puis sur le papier.

LIVRET

Livret de quelques pages (au moins quatre) principalement utilisé dans la publicité directe et point de vente. Il est souvent utilisé pour illustrer les activités d’une compagnie, ou pour décrire un produit ou une activité promotionnelle.

LOGO

Le caractére avec lequel est écrit le nom d’une entreprise ou un produit. Souvent, il peut arriver que le logotype devienne la marque elle-même de la société.

MACHINE D’IMPRIMERIE

La presse de mot anglais indique la technique originale avec laquelle la dalle gravée a été pressée contre la feuille de papier. En lithographie, l’image est affichée sur la feuille par un cylindre de caoutchouc encré à son tour par une feuille de métal. Les différentes couleurs sont imprimées séparément, chacune avec une plaque spéciale. Les imprimantes plats glissent le papier sur une dalle horizontale, tandis que les gyrophares assemblent plaques incurvées sur les bouteilles à travers lequel ils passent les feuilles à être gravé.

MACHINE ROTATIVE

Machine d’impression. En typographie, la stéréo est montée sur un cylindre. En offset, la dalle est montée sur un cylindre.
En héliogravure, la forme imprimée, le cylindre, est pour sa nature rotative.

Macule

Feuille imprimée ayant été salie accidentellement au verso par la feuille imprimée qui la précédait lors de l'impression offset (l'encre n'ayant pas eu le temps de sécher).(maculage, maculature).

MAGENTA

Le rouge magenta (ou magenta) est l'une des quatre couleurs primaires utilisées en imprimerie pour la reproduction de la couleur en quadrichromie.

Main

• Tenue d'un papier qui s'apprécie au toucher. A grammage égal, deux papiers n’ont pas la même rigidité.
• Rapport entre l'épaisseur de la feuille (exprimée en millimètres ou en fraction de millimètres) et son grammage (exprimé en gr/m2).

Main de papier

Vingtième partie d'une rame, soit 25 feuilles (NF Q 01- 005). Une main de papier d'emballage ne compte que 24 feuilles.

MANUAIRES

Famille de caractères dont le tracé évoque les écritures antérieures à la typographie, dans lesquelles se retrouve le rythme des écritures lentes, à main posée et appliquée (classification Vox-Atypi).

MANUCE Alde (1449-1515)

Célèbre imprimeur vénitien qui inventa l'italique (1501), en cherchant à reproduire l'écriture manuelle cursive de son temps. On lui doit également l'invention des livres de petit format.

MAQUETTE / MENABÒ

Pour la maquette d’une revue ou un journal (ou un livre), le fichier est le même format, sur laquelle figurent les indications à suivre pour la mise en page, avec les dimensions précises des textes et des illustrations.

Marbre

Surface plane sur laquelle les caractères en plomb étaient posés avant d'être insérés dans le chassis pour l'impression ou le clichage.

MARGE

L’espace blanc entre le texte, la taille des feuilles et la marge.

MARGE DE PIED

Espace situé entre le bas du rectangle d'empagement et le bas de la feuille de papier. On dit aussi blanc de pied.

MARGE DE TÊTE

Espace situé entre le haut du rectangle d'empagement et le haut de la feuille de papier. On dit aussi blanc de tête.

MASSICOTAGE

Opération mécanique de coupage précis d'un imprimé.

MATCHPRINT

Système utilisé en photoreproduction pour obtenir la preuve chimique de couleur des films des produits selectionnés. Le processus implique la stratification du support avec le film de couleur et l’exposition du film correspondant au contact de la couleur. L’opération est répétée par succession de couleur jusqu'à ce que le test complet est obtenu. Procédure similaire à la Cromaline.

MATRICE

Dans la composition de plomb, le moule dont le caractère est obtenu. Faits de cuivre ou en laiton détecte le caractére design de l’emporte-pièce. En photocomposition indique l’ensemble des dessins de caractère.

MÉCANES

Famille de caractères (dont le nom vient de mécanique) qui évoque leur aspect parfois très géométrique et l'époque industrielle de leur début, au XIXe siècle (classification Vox-Atypi). Ce sont les Égyptiennes de Thibaudeau.

MENTION OBLIGATOIRE / COLOPHON

Indications obligatoires de l’auteur de la pubblication, de la tipographie et de la date où s’est terminé l’impression.

MISE EN PAGE

La phase de traitement après la maquette ou mise en page. Aussi bien la mémoire paginée et la maquette que tous les éléments de compositions (titres, textes, photos) sont placés sur les pages.

MISE EN PAGE MODULAIRE

Principe stylistique qui se caractérise par le gabarit de mise en page avec des colonnes et des modules permettant une organisation rigoureusement géométrique des divers éléments (textes et illustrations) dans la surface d'empagement, et par la limitation des styles et corps des caractères qui privilégie les linéales. Issue du Bauhaus, né en Allemagne en 1919, on l'appelle également mise en page « suisse », voire « suisse internationale ».

MISE EN PAGE EN VIE

Impression qui couvre toute la surface du format de la page.

MODULE CONTINUE

Impression sur papier en continu et arrière repliée sur elle-même.

MOIRÉ

Incorrect chevauchement de deux écrans.

Monnaie : mettre de la monnaie

C'est ajouter des blancs pour augmenter la hauteur d'un texte

MONO ESPACE

Ces caractères dans lesquels l’espace occupé par des lettres différentes est toujours identique (machines à écrire).

MONOTYPE

Société, machinerie, système et bibliothèque de caractères, apparus dans les dernières années du siècle dernier, peu après l’arrivée de la Linotype. Le système était basé sur la gravure de lettres simples au moyen d’un rouleau contenant les poinçons entraînées par l’opérateur. La Monotype a été associée à une oeuvre de fine gravure typographique et une haute qualité dans les techniques d’impression.

Montage

• Processus de mise en place, conformément à la maquette, des éléments constitutifs d'une page (textes et illustrations- souvent appelé « prémontage»).
• Processus de mise en place des phototypes de chaque page, sur un emplacement déterminé sur la forme d'impression, conformément au schéma d'imposition.
• Résultat d'une des opérations précédentes.

MULTIPLE MASTERS

La technologie développée par Adobe Systems qui permet la génération d’un large éventail de caractères à partir d’un seul exemplaire original: condensée, élargi, effacer ou "BOLD" et même avec ou sans. Le programme qui gère cette fonctionnalité utilise une quantité très limitée de mémoire, offrant une grande variété de solutions à un coût très faible par rapport à celle nécessaire pour acheter de nombreuses polices. Les premiers caractères de cette série, la multitude et le favori, ont été faites en 1992.

NEGATIF

Caractéristique d'un phototype, sur lequel les densités optiques varient en sens inverse de celles de l'original.

NOIR

Une des quatre couleurs quadrichromiques.

Noir-au-blanc

Terme de métier, caractérisant la reproduction d'un texte sous forme négative lisible (par exemple: lettres blanches sur fond noir, lettres blanches sur fond rouge, etc.).

NOTES TIRONIENNES

Genre de signes abréviatifs, qui font penser à ceux utilisés en sténographie, inventés par Tiron qui fut esclave et secrétaire de Cicéron (Ier siècle avant J.-C.).

NUANCIER

Outil de travail sous la forme d'éventail ou de livret, présentant les différentes teintes obtenues par un système de couleur donné. Certains rendent compte de la gamme des couleurs quadrichromiques obtenues par les diverses combinaisons de bendays des quatre couleurs primaires, d'autres de celles de couleurs d'accompagnement.

OCR "Optical Character Recognition"

Dispositifs d’OCR pouvant directement lire des textes afin qu’ils puissent être traitées par l’ordinateur. La recherche de caractères lisibles depuis l’ordinateur a gagné en importance depuis la fin des années 1950 et a conduit à la réalisation de dessins spéciaux, ainsi que le développement des technologies de balayage numériques.

ŒIL

Partie de la lettre qui transfère l'encre; le noir du caractère (partie imprimante d'un caractère). L'oeil d'un caractère bas de casse correspond aux dessins des lettres à laquelle il appartient et qui ne possèdent ni ascendantes (b) ni descendantes (g). Par exemple, le a, le e, le x. Au sein d'un même corps mais dans deux polices différentes, cet oeil peut être relativement petit ou grand.

OFFSET

Procédé d'impression à plat, fondé sur le principe de répulsion des encres grasses et de l'eau. Les parties encrées de la forme imprimante (qui est ici la plaque offset positionnée sur un cylindre) sont reportées sur un cylindre revêtu d'une feuille de caoutchouc (appelé blanchet) qui les reporte à son tour sur la feuille de papier.

ONCIALE

Écriture calligraphique précieuse utilisée jusqu'au VIIIe siècle pour des ouvrages particulièrement soignés.

OPTIMISATION DU RENDU

Fonctionnement de la typographie numérique qui vous permet de corriger et d’améliorer le design des caractères lorsqu’ils sont utilisé dans de très petits corps. Ces modifications visent à préserver les traits distinctifs de la conception. Le développement du logiciel pour la gestion des polices Adobe Type Manager a résolu en partie le besoin d’utiliser cette fonction.

ORPHELIN

Première ligne d'un paragraphe qui figure seule au bas d'une colonne. (voir veuve )

Ours

L'ours est l'imprimeur dans l'argot typographique. En fait, c'est la mention obligatoire du nom de l'imprimeur, du lieu d'impression et de plusieurs renseignements, comme le tirage et le numéro de dépôt légal.

Ozalid

Marque commerciale devenue terme de métier, désignant une épreuve de contrôle tirée sur papier aux colorants azoiques (dit papier diazo).

PAGE

Façade d’une feuille de papier, manuscrites ou imprimées. L’ensemble des deux faces de chacune des feuilles qui composent un livre.

Pagination

Suite des numéros de pages d'un ouvrage imprimé. Synonyme de foliotage.

Panse

Trait ovale qui renferme le contrepoinçon, comme dans le b, le p ou le O.

PANTHOGRAPHE

Un outil qui permet de transférer un dessin selon le tracé d’origine. Pantographe de Linn Boyd Benton pour poinçon et gravure a permis de rendre beaucoup plus facile le transfert de la conception du caractére à l’emporte-pièce, mettant en place les bases de la composition mécanique.

PANTONE / GAMME DE COULEURS

Norme internationale de gamme de couleurs. Le système PANTONE Inc. utilise des numéros pour identifier les couleurs.

PAO

Publication assistée par ordinateur. Le terme anglais est DTP, pour DeskTop Publishing.

Papier à cigarettes

Papier mince, non collé, pouvant contenir des charges ou des additifs, notamment en vue d'adapter sa combustibilité à celle du tabac, résistant suffisamment au déchirement et au froissement pour le rendre apte à la fabrication des cigarettes, pouvant être bobiné sur une faible largeur.

Papier bible

Papier mince pour impression, très opaque, sans pâte mécanique, de bonne résistance aux manipulations et au vieillissement.

Papier contrecollé

Papier obtenu par le contrecollage de deux papiers ou plus, de composition identique ou différente.

PAPIER COUCHÉ

Papier avec une ou plusieurs couches de pigments et d’adhésifs appliqués sur les deux faces de la feuille appelée “patine”. Le processus appelé “patinage” vient du choix des composants déterminant le degré de lissage, la brillance, l’opacité, l’imprimabilité du papier en plus du rendu des couleurs des encres. Papier recouvert d’une patine qui améliore la surface la rendant plus ferme et adaptée pour l’impression des images.

Papier de chiffon

Papier fabriqué à partir de pâte contenant une certaine proportion de pâte de chiffon. La proportion minimal requise pour que le papier puisse être dénommé «de chiffon» varie selon les pays.

Papier de sécurité

Papier doté d'éléments d'identification destinés à empêcher la contrefaçon.

Papier Ignifugé

Papier ou carton ayant subi un traitement tendant à supprimer, diminuer ou retarder sensiblement la pyrolyse ou la combustion. (Définition conforme à la norme expérimentale X 65-020).

Papier infalsifiable

Papier doté de caractéristiques propres à révéler les falsifications ou tentatives de falsifications.

Papier ingraissable

Papier sans bois résistant à la pénétration des corps gras, écru, blanc ou coloré. Cette résistance est obtenue par tout traitement, à l'exception de celui à l'acide sulfurique (NF Q 12-001).

PAPIER NON COUCHÉ

Papier «Naturel», non couché/patiné.

Papier (ou carton) apprêté

Papier ou carton traités mécaniquement sur la machine à papier, afin d'améliorer le lissé et l'uniformité d'aspect des deux faces. Cette modification est généralement moins poussée que dans le cas du satinage.

Papier (ou carton) frictionné

Papier ou carton dont une face a été rendue unie et brillante par séchage au contact d'un cylindre de métal poli dûment chauffé faisant partie de la sécherie de la machine à papier. L'autre face du papier ou du carton reste relativement rugueuse.

Papier (ou carton) multicouches

Papier ou carton constitués de plus de trois couches fibreuses unies entre elles en cours de fabrication à l'état humide, sans adhésif. Deux de ces couches ou plus peuvent être de même composition. Dans certains pays, on utilise également dans le même sens le terme « multiplex» ou « multiplis», le produit fini pouvant être obtenu par contrecollage de plus de trois feuilles sèches.

Papier (ou carton) paraffiné

Papier ou carton imprégnés ou enduis de paraffine ou de cires diverses.

Papier pour billets de banque

Papier à la fois de sécurité et infalsifiable, durable, convenant à l'impression en couleurs, et de haute résistance au maniement et au pliage.

Papier ou carton pour la protection des aliments

congelés et surgelés, c'est-à-dire avec contact direct (*) Papier ou carton ne contenant aucun produit de nature à altérer et à contaminer les aliments, ayant une résistance mécanique élevée aux températures normales et basses, aptes à subir une transformation ultérieure pour la fabrication de matériaux d'emballage possédant les caractéristiques voulues, telles que résistance à la pénétration des corps gras, imperméabilité à la vapeur d'eau, et permettant une fermeture étanche.

Papier (ou carton) pour l'emballage des aliments

congelés et surgelés, c'est-à-dire sans contact (*) Papier ou carton ayant une résistance mécanique élevée aux températures normales et basses et à une humidité élevée, aptes à être transformés en matériaux d'emballage pour le stockage d'aliments congelés ou surgelés déjà protégés.

Papier pur chiffon

Papier fait entièrement de pâte de chiffon (La définition figurant dans la norme ISO est complétée comme suit: «...mais pouvant cependant contenir accidentellement une petite quantité d'autres fibres ».)

Papier satiné

Papier qui a été soumis à un calandrage poussé dans une supercalandre en vue de lui donner une surface plus unie et plus brillante que celle du papier apprêté.

Papier sulfurisé véritable

Papier ayant été modifié par l'action de l'acide sulfurique. Ce traitement lui donne une texture continue, une dureté de surface plus grande et une résistance élevée à la pénétration des liquides organiques en général, et en particulier des corps gras, huiles et graisses. Cette structure donne également au papier une résistance à la désagrégation par l'eau même bouillante.

Papier surfacé

Papier ayant reçu une enduction destinée à améliorer ses caractéristiques de surface.

Papier surglacé

Papier ayant un taux de charge supérieur à 20 %, et fortement calandré en vue de lui donner un état de surface permettant, entre autres, l'impression au moyen de clichés tramés fins.

PASTIFICATION

Traitement consistant à appliquer à un support papier ou autre matériel compatible , un materiel plastique brillant ou opaque avec adhésif et pression. Il peut être nécessaire d’augmenter la résistance du support. Il embellit et protège les imprimés.

Parangonnage

Action qui consiste à disposer, dans une même ligne, des caractères d'oeil ou de corps différents mais alignés sur une même ligne de base.

Passe

La passe est la quantité de feuilles (prévues ou à prévoir) qui seront perdues suite aux essais, réglages, tâches ou mauvaises impressions.

Pavé

Suite de lignes de texte composé délimitée par des blancs (pavé de texte).

PDF

Format créer par Adobe System, extension du fichier Acrobat Reader.

PEINTURE

Opération qui s’effectue sur les supports imprimés avec différents procédés et peintures. Il peut être brillant, opaque ou u.v. lorsque le revêtement est fait avec un vernis brillant séché plus tard par irradiation de rayons ultraviolets.

PELLICULE

Une émulsion photographique sur un support en plastique souple transparent ou translucide.

PETITES CAPITALES

Lettres capitales dont la hauteur correspond à l'œil du caractère.

PETIT FOND

Partie de la feuille d'un ouvrage située entre le côté latéral intérieur du rectangle d'empagement et le pli central de la feuille de papier. On dit aussi blanc de petit fond, blanc de couture ou plus simplement marge intérieure.

PHOTOCALQUEURS

Technique qui est utilisé pour le contrôle de la position du texte et des images, ainsi que le positionnement des pages pour le premier tirage de l’imprimerie.
Bon à tirer monochrome faite sur papier monosensitive de l’ensemble des matrices de décalage. Elle sert à contrôler la position du texte et des images et la séquence de pliage correcte avant de former la matrice.

PHOTOCOMPOSITION

Composition des titres, textes et graphiques effectués avec un système photomécanique. La composition des textes obtenus par le biais de l’exposition d’un film photosensible sur lequel on imprime le dessin des caractéres et l’impression ultérieure des feuilles de papier couché qui sont montés sur la mise en page. L’édition des textes et des images est à nouveau photographiée pour produire les films nécessaires pour l’impression offset.

PHOTOGRAVURE

Procédés avec lesquels on obtient la forme d’impression planographique utilisant les effets de la lumière sur les matériaux photosensibles (dalles) avec un équipement adéquat (presses exposants, développeurs, Reprocamere, Bromografi, etc..).

PHOTLITHOGRAPHIE

Procédure avec laquelle on obtient la plaque pour l’impression avec le système offset.

PICA

Unité de mesure typographique divisée en 12 points et correspondant à environ un sixième de pouce ; Déjà utilisé aussi pour indiquer des caractères en corps 12.

PICT

Extension d’un fichier image.

PICTOGRAPHIQUE

Se dit d'une écriture dans laquelle les concepts sont représentés par des images stylisées ou par des symboles. Les toutes premières écritures mésopotamiennes (vers 3500 avant notre ère) étaient pictographiques et ne sont pas encore toutes déchiffrées.

PIED DE MOUCHE = ¶

Ce signe était couramment utilisé en typographie pour attirer l'attention du lecteur sur un point particulier. Aujourd'hui, en PAO, c'est le caractère invisible qui matérialise le retour à la ligne forcé.

Piqûre à cheval

Procédé dans lequel des feuilles pliées encartées les unes dans les autres sont maintenues par une ou deux agrafes métalliques insérées dans le pli du dos.

Piqûre à plat (dite « Polké »)

Procédé dans lequel des feuillets assemblés sont maintenus par des agrafes. On utilise rarement ce procédé quand il s'agit de cahiers; une fois l'opération de piquage terminée, les volumes sont toujours brochés.

PIXEL

Simple point sur l’ecran de l’ordinateur ou d’une image digitale.

PLANTIN Christophe (1520-1589)

Né en France, à Saint-Avertin, en Touraine, Plantin s'installa à Anvers en 1550, où il devint l'un des imprimeurs-éditeurs du XVIe siècle de tout premier plan. Il publia près de 1 500 ouvrages. Sa maison à Anvers est devenu le célèbre musée Plantin-Moretus (Jan Moretus était son gendre qui lui succéda).
Le caractère Plantin, inspiré du Granjon, fut créé en 1913, pour la Monotype, par Frank H. Pierpont.

Plaque

Forme d'impression offset.

Plaque présensibilisée

Plaque (positive ou négative) comprenant une couche d'un matériau directement photosensible et destinée à la préparation d'une forme d'impression offset.

POIDS

Poids du papier exprimé en grammes par mètre carré (g/m²).

POINT

Unité de mesure typographique. En Angleterre et aux États-Unis est égale à 0,0138 pouces ou 0,351 mm; En Europe il est égal à 0,346 mm.

POINT METALLIQUE

Système d’attache avec aiguilles en métal. Les aiguilles peuvent être placés sur un côté de la série de feuilles simples ou dans le centre du format de la brochure «ouverture».

POINT DIDOT

Mesure typographique française (créée par François Ambroise Didot vers 1780) équivalant à 0,375 9 mm. Son multiple est le douze appelé aussi cicéro.

POINT OMEGA

Système d’attache avec aiguilles en métal. Dans ce processus, le métal n’adhère pas à la côte imprimée mais forme un oeillet (Omega) qui permet l’insertion dans une reliure à anneaux.

POINÇON

Barre métallique comportant à son extrémité le dessin original d'un caractère. Sert à réaliser la matrice dans laquelle seront fondus les caractères d'imprimerie.

Point

Dit point Didot en Europe, point Pica en Grande Bretagne et aux Etats Unis. C'est l'unité de mesure typographique. En France et en Europe (à l'exclusion de la Grande-Bretagne), il vaut 0,3759 mm. Son multiple: 12 points est appelé douze ou encore cicéro : il mesure 4,15 mm. Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, le point Pica mesure 0,351 mm. Son multiple : 12 points, appelé pica, mesure 4,21 mm.

Point de trame

Élément de base d'une image reproduite par similigravure, de forme ronde ou carrée et de surface variable.

POINT MÉTRIQUE

Mesure typographique française créée en 1790 lors de l'adoption du système métrique par la Révolution. Il équivaut à 0,4 mm et est en usage à l'Imprimerie nationale.

POINT PICA

Mesure typographique anglo-saxonne qui correspond à la subdivision en 72 parties de l'inch (le pouce anglais). Un point pica équivaut à 0,351 35 mm. Son multiple est le pica.

Police

Ensemble des caractères (lettres et signes) d'un même corps, de même graisse et de même style, nécessaires à la composition typographique.

POSITIF

L’image photographique obtenue généralement d’un négatif, dans lequel les tons ne sont pas inversés comme dans le négatif. Le positif sur papier est généralement appelée «imprimer», tandis que celui sur les milieux transparents, comme le film, s’appelle «diapositive» ou «transparence positive».

POSTSCRIPT

Le langage de dscription développé par Adobe Systems et adopté comme norme pour le logiciel d’impression. Son autonomie en ce qui concerne les dispositifs matériels et logiciels informatiques le rend approprié pour n’importe quel instrumentation. Les caractères sont décrits par des chemins construits avec des courbes de Bézier et puis remplis conformément à la capacité de la résolution du périphérique d’impression.

Pourcentage de trame (valeur de trame)

• Sur un phototype tramé de valeur uniforme, rapport de la surface des zones opaques à la surface totale de l'image
• Sur une impression tramée uniforme, rapport de la surface des zones encrées à la surface totale de l'image.

PPD

Extension d’une description Postscript.

PPP / DPI

Le DPI est une unité de mesure de la résolution, utilisée principalement pour les écrans et les imprimantes. En français on parle de points par pouce (PPP) ou de pixels par pouce. Pour un écran, il s'agit toujours de pixels par pouce (chaque pixel étant composé de trois points rouge, vert et bleu). Pour une imprimante, il faut davantage de points que de pixels car les points servent à imprimer une trame.
C’est une référence pour la resolution d’une image en imprimerie, plus il y a de DPI/PPP plus la resolution est bonne.

PREMIERE ESQUISSE

Première esquisse d’un dessin ou d’une publicité, sur laquelle est déjà indiqué la taille du texte et, le cas échéant, le titre.

Présentation à la française

Disposition dans laquelle le sens de lecture est parallèle à la petite dimension du format fini

Présentation à l'italienne

Disposition dans laquelle le sens de lecture est parallèle à la grande dimension du format fini.

Présentation en continu (formulaire en continu)

« Imprimés» de très grande longueur, pliés en accordéon (jusqu'à 3 000 volets) et destinés à être utilisés sur machines mécanographiques ou sur imprimantes d'ordinateurs.

Prise de pinces

Bande de papier, en principe non imprimable (sauf «acrobaties»), permettant le maintien de la feuille sur le cylindre pendant l'impression.

PROGRRESSIF

Dans la processus d’impression, il indique la succession des pochoirs dont chacune est tirée en une seule couleur. Il est ainsi possible de contrôler chaque étape du traitement.

PSD

Extension du fichier realisé avec Adobe Photoshop.

QUADRATA

Écriture calligraphique romaine, d'aspect carré, utilisée du Ier au IVe siècle pour transcrire des textes soignés, généralement littéraires.

QUADRI

Nom féminin. Document couleur dont la photogravure doit être réalisée en quadrichromie.

QUADRICHROMIE : CMYK

L’ensemble des quatre couleurs utilisées dans l’impression offset couleur: cyan, magenta, jaune et noir (cyan = c, magenta = m, jaune = y et noir = k). L’impression couleur est faite par les teintes de l’original en quatre couleurs simples qui se chevauchent, reproduisent fidèlement. C’est pratiquement un tricolore auquel le noir est ajouté.

QUART

Série de quatre façades obtenus par pliage d’une feuille en deux. Une formule imprimée, formée par une feuille pliée en deux (essentiellement quatre pages).

Queue

• Trait court, qui dans le cas du Q par exemple, descend plus bas que la ligne de pied.
• Texte n'ayant pu rentrer dans une colonne ou une page.

QXD

Extension des fichiers realisés avec le programme Quark X Press.

RAINURAGE

C’est l’opération qui consiste à créer, sur la couverture, des rainures au cours de laquelle la rigidité de la même chose est fortement réduite: il est, par conséquent, impossible d’ouvrir le livre facilement, évitant également, pour voir le "en vie" la colle du dos.

Rame

Mode de présentation par 500 feuilles de papier identiques.

Ramette

Ensemble de 500 feuilles de papier dont l'un des côtés est inférieur à 40 cm.

RÉALES

Famille de caractères qui incarne l'esprit rationnel et réaliste de l'époque encyclopédique. Ils font la transition entre les garaldes et les didones à venir. Leur œil est plus étroit que celui des garaldes. Le contraste pleins-déliés est encore plus marqué. Leurs graisses sont distribuées par rapport à un axe vertical (classification Vox-Atypi).

REALISTE

Impression spéciale d’un échantillon de test pour contrôler la couleur d’un imprimé.

Recto

Face d'un feuillet opposée au verso.

REGISTRE

En impression: couleurs avec matrices multiples, il faut utiliser les références qui nous permettent d’enregistrer l’imprimé. Ces points peuvent être gravés sur le dessus de la presse, que ce soit en métal, ou sur une feuille de plastique ou polyester, avec des points culminants au coins de la dalle et celles du papier. Si les couleurs ne sont pas exactement superposées, vous recevez un hors registre. Parfois, lorsque l’auteur recherche les effets particuliers de mouvement ou undefinedness, le hors registre peut être intentionnel.

RELIEF

Impression d’un sujet sur une feuille afin que sur le coté opposé on forme un relief.

RÉGLURE

1. Lignes parallèles, horizontales et verticales, tracées légèrement sur les feuilles de parchemin à l'aide d'un trait de plume ou d'un stylet, pour délimiter les zones d'écriture dans la mise en page des livres manuscrits.
2. Lignes imprimées dans les cahiers d'écoliers, pour aider l'apprentissage de l'écriture.

Renfoncement

Valeur de blanc qui représente le retrait effectué au début de la première ligne d'un alinéa. Synonyme : retrait.

Repérage

Positionnement de plusieurs images l'une sur l'autre visant à réaliser la parfaite superposition ou juxtaposition des divers éléments.

Report ou copie

Ensemble des opérations physico-chimiques permettant en photogravure offset de préparer la forme d'impression à partir du montage.

Reproduction

Représentation graphique des caractéristiques visuelles d'un original.

Réserve

Effet qui consiste à faire apparaître un texte ou une image en blanc sur fond noir, de couleur ou tramé.

RESOLUTION

Le nombre de pixels par pouce ou points par pouce.

Retiration

Impression du verso d'une feuille déjà imprimée, par un second passage (machine à retiration : imprime le verso et le recto simultanément). Par extension, seconde impression subie par une feuille sur la même face.

RETOUCHE

Intervention sur les originaux ou des copies pour éliminer les imperfections ou à exalter les formes et couleurs dans certaines zones de l’image. Il peut être fait manuellement ou avec des ordinateurs qui utilisent des programmes spécifiques.

Rhéologie

Étude de l'écoulement des matériaux déformables,depuis les substances presque solides jusqu'aux substances liquides. Cette étude revêt une importance toute particulière dans le cas des substances colloïdales dont font partie la plupart des encres d'imprimerie.

RIP

Acronyme pour «Raster Image Processor». Un dispositif pour la conversion des informations («pixellisation») de l’encodage PostScript, par exemple, un point à l’écran dont la résolution est liée au niveau du périphérique d’impression.

ROMAIN

Tout caractère aux jambages verticaux. Contraire: italique.

ROTER

Matériel pour point de vente, généralement en forme et articulé, est accroché au plafond.

RUSTICA

Écriture manuscrite romaine tracée rapidement, utilisée du Ier au Ve siècle. Ses traits verticaux sont déliés et ses pleins sont horizontaux. Cette écriture enlevée est, de déformation en déformation du tracé des lettres pour aller plus vite, à l'origine de nos lettres minuscules.

RVB (RGB en anglais)

Abréviation des trois couleurs primaires additives (rouge, vert et bleu), utilisées pour reproduire les images couleur sur les écrans cathodiques, de télévision ou de PAO par exemple.

SALETÉS D’IMPRESSIONS

Les saletés sont des impuretés telles que des grains de poussière ou d’autres dépôts qui sont préimprimés dans la formation des films, ou dans la phase d’impression pouvant donner forme à des particules de papier, des zones claires ou sombres sur les documents imprimés.

SANS BOIS

Définit la composition de la cellulose ; Cela signifie que les fibres du bois ont été traités chimiquement pour éliminer la lignine (substance qui «lie» les fibres sur les plantes) rendant la cellulose plus pur, plus blanches et plus fort.

SANS SERIF ou SANS

En anglais : caractères typographiques sans empattements (linéales).

SCANNEUR

Outil capable de localiser et de séparer dans les quatre couleurs fondamentales (rouge, bleu, jaune et noir) la pâte chromatique présente dans un photo pour définir les quatre films nécessaire pour l’impression...

SCHEMA

Technique particulière pour la reproduction de dessins et photos sur du papier cyanure, sensible à la lumiére.

SCHEMA DIGITALE

Technique particulière pour la reproduction de dessins et photos sur du papier utilisant un plotter inkjet. Elle sert à contrôler la position du texte et des images et la séquence de pliage correctement avant de former la matrice. Il remplace le plan d’action.

SCRIPTES

Famille de caractères imitant les écritures courantes à main levée à la plume, au pinceau, à la brosse, etc. Certaines, comme les « Anglaises », en sont la meilleure illustration. Les scriptes peuvent réaliser une liaison entre leurs lettres (Classification Vox-Atypi).

SELECTION DES COULEURS

Séparation des couleurs primaires à l’aide de scanners à laser, pour l’impression à quatre ou plusieurs couleurs.

SÉMANTIQUE

Relatif au sens, à la signiication des unités du texte. En typographie, les coupures sémantiques se font en tenant compte des séquences de la phrase.

Séquence

Ordre dans lequel sont imprimées successivement les couleurs.

SERIGRAPHIE

Système d’impression semi-artisanal. Il se fait en passant de l’encre à travers un tissu fin en soie sur lequel une matrice a été appliquée auparavant et qui empêche de passer dans les parties ne devant ne pas être imprimé. C’est un procédé d’impression de la matrice à plat. L’encre passe à travers un tissu de soie ou de nylon à des trames fixé à une structure où les parties qui ne doivent pas être imprimés sont rapidements imperméabilisées à l’eau. Il permet d’opérer sur des matériaux autres que le papier comme l’aluminium, matiéres plastiques.

SIGNATURE

Terme graphique qui indique dans l’ordre numéroté: trimestre, l’octave, la seizième etc., avec lesquels on forme par exemple un livre. On imprime un feuillet, plié plusieurs fois, donne lieu à un quart, une octave, un seizième et ainsi de suite.

SIMILI

Technique de reproduction photomécanique d'une image, grâce à l'interposition d'une trame, qui rend les différentes valeurs des dégradés sous forme de points de taille variable.

Spur

Projection que l'on peut parfois observer à la base d'un b ou d'un G.

STEREOTYPE

Un carton spécial humide est passé sur la composition, et qui est imprimé à l’envers ; Il faut ensuite faire fondre le métal dans la partie en relief, pour obtenir la copie exacte de l’original, le stéréotype. L’espacement standard entre les lettres et les mots. Photocomposition et composition numérique ont permis de manipuler beaucoup plus facilement l’espacement en approchant et espacement des caractères.

STOCHASTIQUE

Méthode d’impression offset caractérisée par un écran composé de deux points de la même taille, dont les centres ne sont pas équidistants entre eux ; C’est une alternative à la méthode traditionnelle caractérisée par des points de taille variable. Élimine tous les problèmes résultant de l’inclinaison incorrecte des écrans correspondant aux différentes couleurs et la résolution d’impression est beaucoup plus défini.

Supports d'impression

Matériaux ou objets destinés à être imprimés.

Surfaçage

Les papiers dits couchés reçoivent un traitement de surface par enduction d’une couche de kaolin (matière minérale) sur une ou deux faces qui améliore le lissage et la blancheur.

TEINTES DÉGRADÉES

Teintes éclaircies par addition de blanc, comme dans le cas des couleurs tramées.

TEINTES RABATTUES

Teintes assombries par addition de noir qui diminue leur éclat.

Teneur en eau du papier

Quantité d'eau contenue dans le papier ramené à 100 g; cette valeur est obtenue par dessiccation du papier à l'étuve maintenue à 100 °C. Elle s'exprime en pourcentage.

TEST COULEURS

L’impression spéciale d’un échantillon pour contrôler la couleur d’un imprimé. Voir Cromalin/Iris ou Matchprint, si le certificat est équivalent à 90/95 % du résultat.

TEST D’IMPRESSION

Impression spéciale d’un échantillon pour contrôler la mise en page d’un document.Reproduction d’un original dans un nombre limité de copies pour contrôler la couleur d’un document.

THIBAUDEAU Francis

Typographe français (1860-1925). En 1920-1924, il réalise la classification des caractères qui porte son nom. Celle-ci est basée sur la forme ou l'absence des empattements des lettres et compte 13 dénominations sous 4 grands groupes.

Thixotropie

Propriété d'une substance qui se liquéfie quand on l'agite et revient à son état initial après cessation de l'effort, en un temps plus ou moins long.

Tierce (tierceur)

Opération qui consiste à prendre la première feuille sortie de presse pour la façonner et vérifier ainsi le positionnement correct de chacun des élémentsconstituant l'imprimé : placement, foliotage, registre, repères de collationnement ...

TIFF/TIF

Tagged Image File format (. TIFF) est le format d’image bitmap plus largement utilisé pour l’impression et la photographie. Il est possible d’activer un format de compression (LZW ou ZIP) sans perte de qualité.

TIRAGE

Le nombre d’exemplaires imprimés d’une publication. Ce terme désigne l’action que l’imprimante exerce sur une barre de presse pour obtenir pour chaque traction l’impression d’une copie.
Le nombre total d’exemplaires imprimés d’une seule matrice. Dans l’art moderne et contemporain les imprimés les spécimens sont numérotés, avec une double numérotation en séquence et signées par l’artiste.
La technique qui caractérisent les produits fabriqués dans les années soixante par Letraset et Mecanorma, est basée sur des feuilles de caractére de pression transférables pour la réalisation de maquettes. La première version requiert le mouillage des feuilles au détriment du nettoyage de l’exécution.

Tirant ou poisseux

Résistance d'un film d'encre à une scission dans son épaisseur, à vitesse élevée. C'est une caractéristique rhéologique importante des encres pour procédés typographiques et offset.

Tiré-à-part

Impression d'une partie ou de la totalité d'un document, en plus de la fabrication normalement prévue et destiné à une utilisation particulière (page de publicité parue dans une revue ...).

TITRAGE

Nom générique englobant les titres, sous-titres, intertitres, titres de section, de paragraphes, etc.

TONALITÉ DU GRIS

En typographie, il se réfère à la tonalité de gris émanant de la composition du texte (noir) sur la page (blanc). Le choix du cacractére, la justesse des lignes, l’interligne et padding sont autant de facteurs qui influencent la valeur clair-obscur de la masse du texte.

TRACT

Ce terme, dans la langue des arts graphiques, désigne n’importe quelle matrice négative, impression, originale ou imprimée qui est composée d’images avec zones de couleurs pleines, sans demi-teintes.

TRAIT

Voir « document au trait ».

TRAITS DE COUPE

Petits filets horizontaux et verticaux portés de part et d'autre des angles d'un document, dans l'aplomb du format fini. Les traits de coupe servent de repères pour l'opération de massicotage.

TRAME

1. En photogravure, grille qui décompose un document demi-teinte en points uniformément noirs (mais de tailles différentes) et discontinus, pour la réalisation des typons.
2. Mesure de la finesse du point de trame.

Trichromie

Technique de reproduction permettant d'obtenir une équivalence subjective des sensations des couleurs d'un original, à partir d'une combinaison appropriée de trois couleurs de base appelées couleurs primaires.

TSCHICHOLD Jan (1902-1974)

Typographe allemand, l'un des plus zélés adeptes (sur le plan typographique) du mouvement stylistique Bauhaus qui privilégiait les caractères sans empattements (linéales). Dans la seconde partie de sa vie professionnelle, après la seconde guerre mondiale, il étudia particulièrement les caractères avec empattements, comme le Sabon (1967). Il est l'auteur de plusieurs ouvrages remarquables concernant la typographie.

Tuilage

Déformation d'une feuille de papier ou de carton sur toute sa surface, lui donnant une tendance à s'enrouler sur elle-même.

TYPOGRAPHIE

Composition de textes à partir de « types », c'est-à-dire de caractères fondus en alliage métallique, mobiles et réutilisables. Par extension, désigne également le procédé d'impression de ces caractères en relief, préalablement encrés, sur des feuilles de papier. Désigne enfin, d'une façon plus générale, l'art de mettre en scène des caractères dans des mises en page, quelle qu'en soit la finalité : impression sur divers supports, écrans vidéo, de cinéma, ...

VALEUR

La valeur d'une couleur est son aspect clair ou foncé.

Vélin

• Peau de veau utilisée pour la reliure des livres d'art.

Vergé

Papier doté de vergeures, c'est-à-dire de traces semblables à celles d'un filigrane, laissées par des fils de cuivre organisés à la manière d'une trame ou d'un treillis sur un rouleau vergeur. Les vergeures dans le sens travers et les pontuseaux dans le sens de fabrication marquent le papier comme les «fils d'eau» qui autrefois traçaient, dans le papier même, le cheminement de l'eau ruisselant de la feuille
• Appellation commerciale pour certains papiers d'édition de haute qualité, qui ne sont pas vergés.

Vergeures

Filigrane continu constitué par des lignes parallèles très rapprochées, généralement associées à d'autres lignes plus espacées, perpendiculaires aux premières nommées pontuseaux.

VERNIS

Couche de protection appliqué à l’ouvrage imprimé.

VERNIS U.V SERIGRAPHIQUE

Méthode d’anoblissement d’un imprimé qui permet de répandre un voile de peinture qui donne un effet particulier de brillance et tactile, grâce à un procédé d’impression comme la sérigraphie, ce qui nous permet d’avoir même des formes pas reguliéres mais bien formés.

VERNIS UV (Ultraviolet)

Vernis brillant qui est faite pour sécher en un temps très court par irradiation de rayons ultraviolets.

VERSION FINALE

C’est la version définitive d’une mise en page prêt à imprimer. Là-dessus il y a déjà un texte et des illustrations déjà composées ainsi que des caractères. Cette version est prete à etre imprimé.

Verso

Face d'un feuillet opposé au recto.

VEUVE

Dans une composition, dernière ligne d'un paragraphe isolée en haut d'une colonne ou d'une page (voir orphelin).

Vignette

Ornement typographique destiné à agrémenter la composition et la mise en page. Utilisé pour constituer des encadrements sous forme de bandeaux ou de culs-de-lampe.

Volet

Terme utilisé avec les dépliants pour désigner l'équivalent d'un feuillet (par exemple, dépliant accordéon, 6 volets, dépliant portefeuille 4 volets).

VOLUMEN

Nom donné aux livres anciens que l'on conservait roulés. Ils étaient le plus souvent réalisés en papyrus qui ne pouvait pas se plier, car il se cassait. En différenciation du codex, livre à feuilles pliées et cousues.

V.S.A. (Volume spécifique apparent)

Terme avec lequel on indiquee la sensation quand on tente de manipuler une feuille de papier. Qualitativement, il est aussi défini comme l’appréciation au toucher du rapport entre l’épaisseur et le poids du papier. Main = épaisseur/poids.

VOX Maximilien (1894-1974)

Dessinateur, illustrateur, graveur, éditeur, écrivain, journaliste, historien, metteur en page et typographe. Il est le fondateur de l'École de Lure (1952) qui deviendra plus tard les Rencontres internationales de Lure, et le créateur de la classification des caractères (1954) qui porte son nom. Celle-ci sera adoptée par l'Association typographique internationale (Atypi) en 1962.

WYSIWYG

Acronyme du “What You See Is What You Get” (Ce que tu vois et Ce que tu auras). Sont les systèmes d’exploitation qui simulent à l’écran le résultat graphique de l’ouvrage ainsi que comment se deroulera l’impression.

XILOGRAPHIE

La xylographie est un procédé de reproduction multiple d'une image sur un support plan, papier ou tissu, en utilisant la technique de la gravure sur bois (xilos en grec signifie bois), ou xylogravure, comme empreinte pouvant être reproduite par impression, à meilleur prix que le travail réalisé à la main par des copistes.

ZIP

Extension d’un fichier compressé.

© 1996-2018 CENTROMEDIA. Tous droits réservés

PLAN DU SITECONTACTSPRIVACY & COPYRIGHTFRANÇAIS -> ?